Maroc-Espagne : Une Histoire commune

 

Analyse publiée par Ahmed Charaï sur les relations maroco-espagnoles dans le quotidien espagnol El Mundo de ce jeudi 18 février 2021 et sur son site web

 

Il est difficile de comprendre les relations actuelles entre Rabat et Madrid sans analyser le contexte historique. Bien que les économies des deux pays se trouvent à des stades différents, les similitudes sont plus importantes que vous ne le pensez à première vue.

Alors que l’une est une monarchie parlementaire et l’autre est executive,  les deux monarchies ont joué des rôles similaires dans l’histoire récente. Le point culminant du règne de Juan Carlos continue d’être son intervention le 23 février 1981 pour arrêter la tentative de coup d’État du colonel Tejero. Par ce geste, il a définitivement consolidé la démocratie.

C’est aussi ce qui a facilité l’adhésion à l’Europe, l’essor économique et a offert une opportunité à ce mouvement de libération sociale qu’est, par exemple, la Movida.

Juan Carlos a réussi à réconcilier, de manière symbolique, les ennemis de la terrible guerre civile. Sans cette réconciliation, rien n’aurait été possible. La monarchie, en raison de sa transversalité, a été le catalyseur qui a neutralisé le ressentiment en Espagne.

Les élections démocratiques successives, l’attachement à l’Europe, l’ouverture sociale, la promotion des droits des femmes doivent beaucoup au leadership de Juan Carlos. Seuls les Espagnols surexcités de l’extrême gauche anti-système remettent en question ce fait historique.

En parallèle au Maroc, d’une autre manière, feu Hassan II a mené des actions similaires. Malgré un environnement très hostile, le Maroc a opté pour le pluralisme politique et une économie de marché depuis son indépendance. Mais ce n’est qu’au milieu des années 1970 qu’un processus démocratique a été lancé, culminant vingt ans plus tard avec la nomination d’un opposant majeur, le socialiste Abderhman Youssoufi, au poste de Premier ministre. Tout au long de ce long voyage, feu Hassan II a gardé le cap malgré les épisodes de contestation et la guerre au Sahara.

Les deux dirigeants actuels, le roi Felipe VI et le roi Mohammed VI, ont embrassé leur temps, se fixant d’autres objectifs, plus ambitieux, mais basés sur un solide héritage commun. Malgré des différences institutionnelles, les deux monarchies restent unies.

Il est donc tout à fait logique que les relations entre les deux familles royales soient en bon état et dépassent les caprices diplomatiques.

Non seulement cela. Face à cette preuve historique impressionnante, nous ne pouvons que replacer les désaccords périodiques entre les deux pays à leur juste place. Le chef du gouvernement marocain parlant de Ceuta et Melilia ou les gauchistes de Podemos qui se souviennent de leur soutien au Polisario, bien qu’ils participent au gouvernement, en sont quelques exemples.

Le Maroc a toujours refusé de transformer les divergences politiques en conflit. Hassan II a répété à plusieurs reprises que la situation dans ces deux enclaves était liée à celle de Gibraltar. Pour le roi décédé, ce n’est que lorsque Madrid retrouvera sa souveraineté sur la région qu’il sera disposé à céder Ceuta et Melilla.

Une manière subtile, d’un Roi, d’éliminer tout ce qui pourrait rompre les relations entre le Maroc et l’Espagne. Concernant la question du Sahara, la position officielle de l’Espagne est de soutenir le processus onusien qui exclut la création d’un nouvel État.

Il n’y a pas de contradiction entre la reconnaissance des revendications du Maroc sur le Sahara occidental et le soutien à la mission d’un nouveau médiateur onusien, nommé par le secrétaire général à la demande de l’Espagne, ainsi que le déploiement continu des forces onusiennes pour préserver la paix dans la zone.

Madrid devrait capitaliser sur la bonne volonté de travailler avec le Maroc pour honorer ses engagements à long terme en faveur d’une autonomie effective dans la région du Sahara et réduire divers facteurs potentiels de troubles sociaux.

Analyse publiée par Ahmed Charaï dans le quotidien espagnole El Mundo de ce jeudi 18 février et sur son site web

La coopération entre Madrid et Rabat est remarquable dans la lutte contre le terrorisme. Le nombre de cellules désarticulées est extrêmement élevé. Cette coopération est un véritable succès qui n’est atteint que lorsque, comme c’est le cas, un certain niveau de confiance est atteint.

Preuve en est que le chef de la DGST marocaine, Abdellatif Hammouchi, a été décoré en Espagne à deux reprises, recevant les plus hautes distinctions de la police nationale et de la garde civile. De plus, il vient d’être reconnu par la CIA et le FBI, ce qui, indirectement, profite également à l’Espagne.

Le Roi Mohammed VI a consacré une énergie considérable au cours des vingt dernières années à cultiver la présence diplomatique, financière et sécuritaire du Maroc dans toute l’Afrique de l’Ouest et subsaharienne. Le Maroc a également investi massivement dans des secteurs clés à travers le continent, tels que les télécommunications, la banque et les phosphates. Comme l’Afrique, et le Sahel en particulier, est de plus en plus un site de militantisme terroriste, ainsi qu’une zone d’implication croissante de la Russie et de la Chine, la capacité du Maroc à projeter le pouvoir en tant que force de stabilisation sera plus importante pour les intérêts régionaux de Espagne dans les années à venir. Madrid devrait donc saluer la participation du royaume à travers le continent et concevoir son assistance, en particulier dans les domaines économique et sécuritaire, en tenant davantage compte de la manière dont une telle aide peut promouvoir la capacité du Maroc à servir de stabilisateur régional.

L’axe Rabat-Madrid est devenu un axe structurel  des relations entre le Nord et le Sud de la Méditerranée. Cependant, ne vous reposez pas sur vos lauriers. Une histoire commune et des intérêts communs dictent une relation encore plus étroite.

 

 

 

 

 

laissez un commentaire