Marocains du monde. Une grande force en quête de reconnaissance politique

Siège de la Chambre des députés du Parlement marocain à Rabat

Les Marocains résidant à l’étranger ne cachent pas leur colère. Si la constitution (art.17 et 18) et le discours royal du 6 novembre 2005 leur reconnaissent le droit de participer à la vie politique nationale, en tant qu’élus et électeurs, l’exécutif continue à le leur refuser.

Justement, l’examen de cette question, dans le cadre des projets de lois relatifs aux élections, doit commencer aujourd’hui au sein de la Commission de l’Intérieur, des Collectivités territoriales, de l’Habitat et de la Politique de la ville. Toutefois, la tendance n’est pas encore claire.

La Coordination partisane à l’étranger, qui rassemble les MRE affiliés aux formations politiques représentées au Parlement a adressé un mémorandum aux secrétaires généraux des partis politiques, au Chef du gouvernement, au ministre de l’Intérieur, à la présidente du Conseil national des droits de l’Homme et au président du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger. 

Coût-avantage

« Toute politique publique adoptée doit prendre en considération les droits et les besoins de chacun sans exclusion, y compris les droits et les besoins des Marocains résidant à l’étranger », recommande la Coordination.

On parle de 15% de la population marocaine et de milliards de dirhams transférés chaque année (56 milliards de dirhams à fin octobre 2020, soit un milliard de plus qu’à la même période de 2019). On parle surtout de très hautes compétences avec des idées innovantes, un vrai trésor.

Que faire? Sachant que les MRE se sont avérés être de farouches défenseurs des causes nationales dans leurs pays d’accueil. L’exemple des Marocains des Etats-Unis qui ont fait front contre les offensives du lobby algérien aux USA, celui des MRE d’Europe qui manifestent chaque fois que les intérêts du Maroc sont atteints, sont éloquents à ce sujet.

Est-il alors raisonnable d’opposer à cette immense force financière, diplomatique, économique, culturelle et intellectuelle une raison aussi peu intelligente que la logistique et le coût de financier des opérations de vote dans ls pays d’accueil? L’analyse coût avantage est certainement en faveur de la participation. Refaites donc vos calculs.

laissez un commentaire