Quand un élu PJD insulte une femme, c’est toujours « une garce puante »

Mustapha Hajji. L’élu islamiste au langage très peu musulman.

« Ma femme est plus honorable que toi, espèce de garce que tous les caïds, les anciens élus et les auxiliaires de l’autorité ont montée ». « Espèce de femme sale et puante, ma femme est sainte et prude, elle n’a jamais connu aucun homme avant son mari, merci Dieu ». « Personne n’a touché le corps de ma femme, pas comme toi qui es devenue un champ d’expérience pour les ivrognes et les drogués ». Il est tellement sûr de lui dites donc, m’enfin c’est une autre histoire.

Voici comment l’élu du PJD, au conseil communal de Ksar El Kébir Mustapha Hajji, répond à une citoyenne qui a accusé sa femme d’avoir acquis de manière détournée des locaux commerciaux.

Tant pis pour ceux qui l’ont élu, mais il faut dire qu’il se présente comme un musulman qui connaît bien le coran, la sunna et respecte tous les commandements de sa religion. Un élu que le PJD avait certainement présenté aux électeurs comme quelqu’un qui va veiller sur leurs intérêts et améliorer leur cadre de vie, dans une transparence totale, et surtout avec une morale irréprochable. Ce n’était que le premier épisode du feuilleton d’insultes, il en a promis 9. Netflix est enfin battu.

Quand on voit comment il s’exprime sur son compte Facebook, on peut s’attendre à tout de sa part. Si on évoque tous les élus PJD qui ont commis des délits d’argent, sans parler des délits de moeurs, et dont certains ont été sanctionnés, on se demande comment les islamises choisissent leurs candidats. Mais, comme cet élu est proche d’un membre du cabinet du chef du gouvernement et patron du PJD, on peut conclure que le parti qui a promis aux électeurs d’en finir avec toutes les mauvaises pratiques politiques se retrouve sur la première marche du podium de ces mêmes pratiques.

laissez un commentaire