Sahara: Les consulats africains dépriment l’Algérie?

Nacer Bourita, le ministre des AE inaugure un nouveau consulat africain.

L’ouverture des consulats africains à Laayoun et Dakhal a commencé avec les Comores en 2019. Déjà. En janvier 2020, il y’ a eu le Gabon, Sao Tomé-et-Principe et la République centrafricaine. Suivent la Côte d’Ivoire en février, le Djibouti, le Burundi, la Guinée et le Libéria en mars. Plus récemment ce sont le Burkina Faso, la Guinée-Bissau et la Guinée-Équatoriale qui ont ouvert leurs consulats à Dakhla.

Evidemment, le premier à ne pas aimer cette évolution est l’Algérie. On ne se demande plus pourquoi. Elle avait même rappelé son ambassadeur à Abidjan pour protester contre la décision de la Côte d’Ivoire. Le pouvoir algérien a essayé de stopper cette avalanche de consulats en poussant le Polisario a protester auprès du Conseil de sécurité de l’ONU. Réponse du CS: Ces décisions relèvent de la pure souveraineté des Etats. Donc, on n’a pas à mettre le nez dedans.

N’empêche, le Polisario a un argument puisé dans la charte de l’Union africaine: « Le Maroc est coupable d’ingérence». On peut lui faire plaisir, oui le Maroc est coupable d’ingérence dans les affaires du Maroc. Le problème pour l’Algérie c’est que le Maroc réussit bien ses ingérences. Il serait peut-être temps pour elle de s’ingérer dans les affaires des Algériens. ça nous ferait des vacances.

laissez un commentaire