Sahara marocain : L’initiative d’autonomie sous la souveraineté du Maroc fait l’unanimité

 

Une conférence ministérielle de soutien à l’initiative d’autonomie sous la souveraineté du Maroc a été tenue, ce vendredi 15 janvier, à distance. Elle a été l’occasion de reconfirmer la large unanimité dont jouit cette initiative à travers le monde.

 

La prise de position américaine, conjuguée à la dynamique internationale actuelle en faveur du plan d’autonomie marocain, permet de “sortir de l’impasse” qu’a connue la question du Sahara pendant plusieurs décennie, et “ouvre la voie prometteuse et de nouvelles perspectives”, s’est félicité le le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger lors de cette conférence. Co-présidée par le secrétaire d’Etat adjoint en charge des questions du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord, David Schenker, et Nasser Bourita, cet évènement a été marqué par la participation de représentants de haut niveau d’une quarantaine de pays, dont 27 au niveau ministériel.

Bourita a souligné également qu’au-delà de la reconnaissance de la marocanité du Sahara, la proclamation du Président américain, Donald Trump, est de nature à instaurer une perspective claire et réaliste pour un règlement du conflit régional du Sahara, sous souveraineté marocaine.

“L’importance de la proclamation présidentielle américaine ne se limite pas à la reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur son Sahara (…) mais elle instaure, avant tout, une perspective de règlement claire et ferme : l’autonomie sous souveraineté marocaine”, a-t-il ajouté.

Nasser Bourita a rappelé aussi que la question du Sahara connaît à présent “une accélération des évolutions transformationnelles”, qui se traduit par la décision des Etats-Unis, par le large soutien international au plan d’autonomie, et par l’ouverture récente de plus de 20 consulats généraux dans les provinces du Sud.

En tant qu’initiative sérieuse, réalisable, crédible et basée sur le compromis, le plan d’autonomie n’est pas un simple concept intellectuel, “il constitue une voie politique pragmatique, un projet de société et une solution constructive qui est déjà en marche”, a poursuivi le ministre.

Sur le plan géopolitique, “l’initiative d’autonomie balise le terrain pour une plus grande intégration économique et sécuritaire dans la région du Maghreb, et une plus grande stabilité et prospérité sur l’ensemble du continent africain”, a-t-il relevé.

Par ailleurs, M. Bourita a tenu à rappeler que le Maroc demeure engagé en faveur de la reprise du processus politique sur la base de paramètres clairs auxquels adhèrent toutes les parties.

Le Maroc, a-t-il souligné, a démontré cet engagement en répondant positivement à l’effort du Secrétaire général des Nations unies pour nommer un nouvel envoyé personnel, “contrairement aux autres parties qui continuent à entraver les efforts du Secrétaire général”.

 

Fort soutien au plan d’autonomie marocain 

Il ressort des échanges ayant eu lieu à l’occasion de la visioconférence de ce vendredi, la majorité des participants ont exprimé un soutien fort à l’Initiative d’Autonomie du Maroc comme seule base pour une solution juste et durable à ce conflit régional.

La plupart ont applaudi la Proclamation des États-Unis d’Amérique du 10 décembre 2020, intitulée « Reconnaissance de la Souveraineté du Royaume du Maroc sur le Sahara Occidental », qui a réaffirmé le soutien à la proposition marocaine, sérieuse, crédible et réaliste, d’autonomie comme seule base d’une solution juste et durable au conflit sur le territoire du Sahara occidental. La Proclamation a également exhorté les parties à engager des discussions en coordination avec les Nations Unies dans les plus brefs délais.

Les participants ont également souligné que la Proclamation Présidentielle américaine détermine les orientations des efforts visant à faire progresser le processus politique mené sous les auspices exclusifs des Nations Unies en vue d’atteindre une solution politique, avec l’Initiative d’Autonomie comme seule base réaliste à celle-ci. Cette Proclamation renforcera le consensus international en faveur du processus politique sous les auspices exclusifs des Nations Unies.

Par ailleurs, la Conférence a mis en évidence la décision de vingt États membres des Nations Unies d’ouvrir des Consulats Généraux dans les villes marocaines de Laâyoune et de Dakhla, en considérant que de telles mesures vont favoriser les opportunités économiques et commerciales dans la région, renforcer sa vocation en tant que pôle économique pour l’ensemble du continent et permettre d’atteindre une solution politique définitive, tellement attendue, à ce conflit qui dure depuis plusieurs décennies.

Les participants n’ont pas omis de saluer les projets de développement lancés dans la région, notamment dans le cadre du « Nouveau Modèle de Développement des Provinces du Sud ». Ils se sont engagés à continuer à plaider en faveur d’une solution se basant uniquement sur l’Initiative marocaine d’Autonomie pour la résolution du conflit du Sahara marocain.

 

laissez un commentaire