Sommet d’affaires Israël-EAU : Vaste échange d’idées pour la paix et la prospérité

 David Toledano a présenté aux participants au sommet d’affaires Emirats arabes unis – Israël les atouts du Maroc en tant que pont pouvant relier les pays du Proche-Orient et du Moyen-Orient à l’Afrique.

 

Dans le cadre de son partenariat avec le Jerusalem Post, L’Observateur du Maroc a participé au sommet d’affaires Emirats arabes unis – Israël dont les travaux ont été enregistrés lors de leur déroulement, à distance, dimanche 10 janvier et ont été mis en ligne ce mercredi 13 janvier.

S’inscrivant dans le prolongement la reprise des relations des Emirats arabes unis et d’autres pays arabes dont le Maroc avec Israël, cet événement constitue une première. Il a été marqué par la participation notamment du Secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, de ministres et de hauts responsables israéliens et émiratis ainsi que des dirigeants de diverses entreprises publiques et privées israéliennes et émiraties.

La partie dédiée au Maroc a constitué l’un des temps forts de cette conférence. Parole y a été donnée par L’Observateur du Maroc à David Toledano. Ce leader communautaire et président de la Fédération des industries des matériaux de construction a souligné à cette occasion l’importance de la paix comme vecteur essentiel de la prospérité partagée. «Il n’y a pas de prospérité possible sans paix et sans stabilité», a-t-il affirmé.

L’intervenant a aussi mis en perspective le rôle moteur que peut désormais jouer le Maroc en Afrique en faveur des investisseurs en provenance du Moyen-Orient et du Proche-Orient.

Grâce à sa longue expérience de terrain et sa bonne connaissance des marchés africains, l’intervenant a donné des exemples concrets de secteurs porteurs pouvant faire l’objet de co-investissements israéliens, marocains et émiratis. Il a parlé notamment des industries de l’eau, de l’agriculture, de l’agro-industrie, de la pisciculture, des technologies de pointe, de la formation technique et scientifique. «Abritant quelque1,3 milliard de personnes, l’Afrique est un continent de l’avenir qui mérite toute l’attention», a-t-il insisté.

Avec son optimisme habituel, David Toledano a mis l’accent sur les bonnes perspectives que permettent le dialogue et les rencontres directes entre responsables ou hommes d’affaires marocains, israéliens et d’autres pas arabes. Dans ce sens, il a rappelé la réunion qui a eu récemment lieu entre le ministre marocain de l’Industrie et son homologue israélien. Sur la même note positive. Convaincu que le meilleur reste à venir, Toledano a  conclu que le Royaume s’érige désormais en pont incontournable pour relier les pays du Moyen-Orient et ceux du Proche-Orient avec l’Afrique, comme il a su si bien le faire avec l’Europe.

Pompeo en guest-star

Après l’ouverture du sommet par le rédacteur en chef du Jerusalem Post, Yaakov Katz et son homologue Vinay Kamat du Khaleej Times, le micro a été tenu au secrétaire d’État américain pour parler de l’avenir du processus de paix initié par l’administration Trump. Mike Pompeo s’est montré confiant quant à la pérennité de ce processus. Il a toutefois souligné qu’une éventuelle levée des sanctions contre l’Iran pour ses aspirations nucléaires mettra en danger l’Amérique et le monde. Le haut responsable américain a alerté le président élu, Joe Biden de l’influence déstabilisatrice que tente de maintenir le pays des Mollahs au Moyen-Orient. «En raison de la pression maximale que subit l’Iran, c’est clair que ce pays est plus isolé que jamais», a-t-il affirmé. Et de conclure que l’administration Trump a adopté une approche positive envers le Moyen-Orient qui s’est avérée fructueuse. Il a paraphrasé le conseiller spécial de la Maison Blanche, Jared Kushner, en déclarant: «les gens devraient cesser de considérer le Moyen-Orient comme une source de problèmes, mais le voir plutôt comme une source de solutions.»

Ce moment hautement politique a été suivi par des interventions de ministres israéliens et émirats en charge de d’épatements économiques et d’entrepreneurs prospère en Israël et aux Emirs arabes unis. Tous se sont accordés à mettre en lumière de bonnes perspectives pour le co-développement grâce au dialogue direct désormais bien lancé.

laissez un commentaire