Tourisme au Maroc : 7 destinations insolites à visiter cet été (vidéo)

 

Consommons marocain ! Notre pays nous réserve de belles surprises. Voici des destinations insolites ( en Zone 1 en plus ) à découvrir, en cet qui est lui-même insolite. 

 

Par Hayat Kamal Idrissi/Vidéo : Jamila Jraichat 

 

 

Cathédrale d’Imsfrane, la majesté d’un rocher

 

 

Le site doit son appellation à son aspect majestueux rappelant une belle cathédrale. Ce magnifique rocher culmine à 1872m d’altitude. Il se situe à 15 Kilomètres du village Tillougite et à 80 Km de Beni Mellal. Une belle région de l’Altas avec ses vallées somptueuses et ses forêts verdoyantes de pins et de cèdre. Le fleuve d’Ahansal rajoute au charme de ce beau tableau pour en faire une destination de rêve pour les amateurs de randonnées pédestres et de paysages naturels. Un havre de paix.

 

Taghia et son passage berbère

 

 

Non loin de la cathédrale, la vallée de Zouîat Ahanesal et le cirque de Taghia. Un village berbère pittoresque du Haut Atlas, accessible uniquement à pied. Destination privilégiée des amateurs d’escalade et de trekking, Taghia figure parmi les meilleurs sites d’escalade au monde. Il est perché à une altitude de 1700 m et garde intact son mode de vie, ses habitudes et ses us authentiques jalousement préservé depuis des centaines d’années. Son passage berbère sculpté sur le flanc de la montagne est une prouesse de l’ingénierie locale.  A découvrir !

Parc de Tazekka, terre des grottes

 

 

Voici un insoupçonnable site qui ne manquera pas de vous émerveiller. Niché non loin de la ville de Taza, le parc national de Tazekka se situe au nord du Moyen Atlas. Créé en 1950, sa superficie dépasse 120 km². Le parc est réputé pour ses cascades, ses forêts, ses rivières  et surtout ses centaines de gouffres et de grottes. Depuis Jbel Tazekka, haut de 1980 m, la vue panoramique de la large plaine, des cédraies  et des montagnes voisines est juste époustouflante. Amateurs de randonnées, de spéléologie et de petites virées, préparez votre matériel et partez à l’aventure ! Vous ne le regretterez pas, parole de scout !

 

Cala Iris, une plage paradisiaque

 

 

A 50 Km d’Al Hoceima, cette destination est réputée pour sa plage paradisiaque. Pour accéder à ses petits îlots, une virée en barque s’impose ou si vous êtes assez motivé allez y en nageant. Un véritable havre de paix dans une région qui regorge de plages aussi sauvages que paradisiaques. Se nichant, timidement, entre les flancs des montagnes majestueuses du Rif, elle vous réserve de belles surprises. Une fois sur place, les belles découvertes se multiplieront. Plongée, randonnées ou simple bronzette au bord de l’eau… le farniente a un goût particulier dans un tel lieu.

 

Tibouda, tu en voudras

 

 

A une heure de la ville de Nador, ce petit village de pêcheurs se situe au cœur du Cap des Trois Fourches. Un  coin au charme méditerranéen irrésistible, qui rappelle un peu celui de Belyounech. Paix, sérénité et beauté à couper le souffle sont les promesses de Tibouda. Pour accéder à sa plage sauvage, il faut avant suivre des sentiers côtiers qui mènent jusqu’à un escalier sculpté dans la roche. Le paysage au final en vaut vraiment la peine.

 

Les lacs jumeaux de Tiguelmamine

 

 

Pour les amoureux des lacs, cette destination est une offre double : Deux lacs en un.  Appelé également les « lunettes de l’Atlas », c’est un site atypique qui a l’avantage d’être peu connu mais aussi de se prêter à la visite tout au long de l’année. Chaque saison à son charme particulier au bord de Tiguelmamine.  Tapissés du blanc neigeux, verdoyants en printemps, frais en été, les lacs jumeaux est une belle destination pour les amateurs du tourisme vert et de la nature montagnarde   .

Isli et Tislit, lacs en larmes

 

 

Au-delà d’être des sites insolites à la beauté atypique, ces deux lacs sont au cœur d’une triste légende. Si vous aimez les belles histoires, vous voilà servis. Lovés paisiblement au cœur des montagnes nues du haut Atlas oriental, Isli et Tislit seraient constitués par les larmes des deux amoureux homonymes. Appartenant à deux tribus rivales, Isli et Tislit ont été privés l’un de l’autre.

Désespérés et profondément tristes, ils pleuraient toutes les larmes de leurs corps. Les deux lacs sont le fascinant résultat de leur malheur… selon la légende. Mais une étude récente menée à l’Université Ibn Zohr d’Agadir, a prouvé que les deux étendues aquatiques d’Imilchil sont des « astroblèmes ». Leur origine ? Une météorite vieille de 40 mille ans. Impressionnant ! Météorite ou non, ça ne réduit en aucun cas leur charme exceptionnel. Tout au contraire…

 

laissez un commentaire