Twitter. #SoisUneFemme, le hashtag contre le sexisme au quotidien

Et si on inversait les rôles, le temps d’une petite semaine pour se glisser dans la peau du sexe opposé ? Un hashtag sur Twitter permet aux femmes de raconter leur agressions sexistes, histoire de « montrer aux hommes ce que ça fait » d’« être une femme » au quotidien.

 

Ce qui semblait être un jeu au départ a pris une tournure incroyable sur les réseaux sociaux, et notamment sur Twitter, où une jeune internaute a lancé fin juillet : « Venez les femmes on fait un jeu. A partir d’aujourd’hui, et jusqu’à vendredi prochain, on screen, reporte, filme ou enregistre, tous les actes, toutes les remarques, toutes les agressions et micro agressions sexistes qu’on subit et on poste sur ce [hashtag] #SoisUneFemme ».

 

 

Une action qui vise surtout à attirer l’attention des hommes sur le quotidien des femmes. Âgée de 22 ans, la jeune fille « Franita » à l’origine du hashtag confie vouloir « sensibiliser le monde », même si elle est consciente qu’on ne le change pas en un claquement de doigt.

Elle explique ne pas avoir choisi l’expression #SoisUneFemme par hasard. « Les hommes aiment bien nous dire de nous comporter comme des femmes, ils aiment bien cette phrase ‘sois une femme’ », poursuit-elle sur Twitter, « sans même avoir conscience de ce que c’est, être une femme. »

 

Assez d’être constamment « rabaissées »

 

 

A peine posté, le hashtag de le jeune fille accompagné du message « Continuons le combat, à force de répéter un jour peut-être comprendront-ils », s’est répandu comme une trainée de poudre sur le réseau social et les réponses des internautes ne se sont pas faits attendre.

En quelques jours à peine, des centaines de tweets d’internautes blessées décrivant des cas d’harcèlements, d’injonctions et d’agressions sont apparus. Des témoignages poignants qui résument le calvaire que vivent quotidiennement des femmes qui se disent en avoir assez d’être « constamment rabaissées et sexualisées, du seul fait qu’elles soient Femmes ! ».

 

En 2018, le hashtag avait été lancé au Maroc, contre une campagne misogyne qui incitait les hommes à «  couvrir leurs épouses et filles ». Les Marocaines ont alors répondu sur ce hashtag, en expliquant aux hommes que ce n’est pas à eux que revient cette décision.

LIRE AUSSI :

Espagne. Les homosexuels marocains accueillis à bras ouverts

laissez un commentaire

Commentaires (1)
  1. Ahnou

    Trop de bruits pour rien.La nature a déjà dit son mot.Tous ces discours sont le fruit de l’imagination d’une poignée de malades qui se sont retrouvées empêtrées dans une civilisation qui les exploite en les jetant en pâture aux requins du commerce.

    On prétend vouloir libérer la femme mais on ne fait que l’asservir quitte à la rejeter après l’avoir vidée de son suc pour qu’elle se retrouve dépouillée de tout:jeunesse,élan ,amour de la vie,des gens…Le discours dominant dont on lui rebat les oreilles,sert à dévaloriser sa féminité:ton corps t’appartient,promène-toi à moitié nue si tu veux mais au premier compliment sors les griffes ou bien déverse sur le monde un fleuve de jérémiades,crie au viol…Ce sont tous des prédateurs,les hommes,tous de mauvaise foi.L’âme soeur?C’est l’impasse.Le bluff.

    On veut la métamorphose de son corps,mais on ne sait trop comment.Rien n’y fait :la promotion de toute sorte de vice même n’y change pas grand chose car c’est la psychologie féminine non la biologie qui commande et impose le statut de la femme.

    On veut jouer aussi sur le mental avec l’invention et l’encouragement du lesbianisme.Que de sophismes là-dessus.En vain.

    Pour finir,une femme qui refuse de plaire aux hommes,on peut raconter ce qu’on veut,je n’en ai jamais rencontré.Mais il y en a qui ont fini par ne plus se sentir dans leur peau ;plus assez femmes,ne sachant plus qui en maudire,qui haïr…elles vivent à l’affût du moindre prétexte pour déclencher la tempête,histoire de se sentir plus forte mais c’est éphémère car elle ne tarde pas à retourner à la case de départ.La frustration,mal monumental ,n’a pas de remède.

    Allez avouer à une femme que vous avez pour elle de la considération en tant que collègue compétente seulement,par exemple,vous verrez que rien n’est plus froidement accueilli.Oser ,à l’inverse la complimenter sur sa coiffure,un beau matin,et c’est le monde qui se délivre tout d’un coup de ses fardeaux.

    Certaines,oui,font de mauvaises rencontres,se font agresser de temps en temps,mais c’est souvent moins dramatique et d’une gravité très en deçà de ces campagnes médiatiques orchestrées ,hypertrophiées à dessein:il faut combattre le principe de la famille;ils faut la détruire en détruisant la femme.C’est la tendance en ces temps de « féminisme mercenaire. »

    Répondre