Vaccins anti-Covid-19 : Guterres crie sa grande déception

La colère se lit sur le visage du SG de l'ONU, Antonio Guterres.

La colère se lit sur le visage du SG de l’ONU, António Guterres.

 

 En raison de la crise sanitaire due à la propagation du Covid 19, et la prédominance du «nationalisme vaccinal», le secrétaire général tente d’éveiller les consciences…

 

Dans une vidéo mise en ligne sur la chaîne YouTube de l’ONU, dans la nuit du 14 au 15 janvier, le secrétaire général de cette organisation invite les gouvernements à être plus solidaires maintenant que commence le moment décisif de la vaccination à grande échelle contre la Covid-19.

Selon António Guterres, l’humanité a perdu deux millions de personnes à cause de la propagation du diabolique virus. Un chiffre dû, selon le responsable onusien, à l’absence de coordination et de coopération internationale. La situation pourrait encore empirer si les pays dont l’économie est vulnérable ne peuvent pas garantir l’accès aux vaccins contre le nouveau coronavirus à leurs populations. D’où la préoccupation franchement exprimée de Gueterres pour les pays pauvres et son appel à un accès équitable de tous à ces vaccins.

En lançant son programme COVAX, l’ONU croyait pouvoir assurer «la plus grande campagne de vaccination de l’histoire». Elle en est encore bien loin.

C’est clair qu’au vu de l’hégémonie des pays riches sur les vaccins disponibles, le secrétaire général est déçu et il le fait savoir. Ce qui le dérange le plus c’est la prédominance du «nationalisme vaccinal» qui transforme ce qui est à coup sûr «un succès pour la science» en «un échec de solidarité».

Par ailleurs, Guterres rappelle qu’au-delà de la disponibilité du vaccin salvateur, les mesures sécuritaires classiques doivent rester de mise. Le port du masque et la distanciation sociale restent donc des gestes barrières inévitables…jusqu’à nouvel avis.

Karim El Haddady (journaliste stagiaire)
laissez un commentaire