CORONAVIRUS : 30 millions d’élèves privés d’école aux USA

Plus de la moitié des écoliers aux Etats-Unis seront privés d’école. Ce qui aura d’énormes répercussions économiques, scolaires et sociales.


Suite à des annonces en cascade par les gouverneurs américains sur la fermeture des écoles à l’échelle de l’Etat, au cours des derniers jours,  les écoles publiques et privées ont fermé leurs portes dès lundi matin. Près de 30 millions d’enfants aux États-Unis sont concernés par cette décision, soit plus de la moitié des effectifs scolaires dans le pays.
Ces fermetures historiques auront lieu dans 26 États y compris le district de Columbia, ainsi que dans la plupart des principaux districts scolaires notamment Los Angeles, Chicago et Boston, selon Education Week, qui tient un suivi continu en la matière.
Le plus grand district scolaire du pays, New York, qui avait résisté aux pressions  depuis des jours a finalement décidé dimanche après-midi de fermer les écoles jusqu’au 20 avril.
La fermeture de tant d’écoles à travers le pays a d’énormes répercussions économiques, scolaires et sociales. Cela oblige des millions de parents à ne pas travailler et rester chez eux pour s’occuper de leurs enfants, entravant ainsi la bonne marche des entreprises et des économies locales. Une telle mesure prive également des millions d’enfants de l’accès à la nourriture et aux services sociaux.
En soulignant les effets d’entraînement de la fermeture des écoles, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont déclaré que les programmes et les camps d’été pourraient être visés également et que les étudiants auraient besoin de plus de temps pour obtenir leurs diplômes. Cependant, la fermeture des écoles pendant huit à 20 semaines pourrait être le meilleur moyen de ralentir la propagation du coronavirus, selon le rapport.
Parce que les écoles sont responsables de l’enseignement et de l’apprentissage – même quand elles sont fermées – le ministère de l’Éducation a allégé une gamme de mesures de responsabilisation.
Jeffrey Shaman, professeur des sciences de la santé environnementale à la Mailman School of Public Health de l’Université de Columbia, a indiqué que les écoles de New York étaient essentielles pour fournir de la nourriture aux écoliers. Rappelons que parmi les quelque 1,1 million d’étudiants, environ 500.000 bénéficient des repas subventionnés.
« Que faites-vous pour ces enfants lorsque les écoles ferment et que ces services disparaissent ? », demanda Dr Shaman. « Cela va sûrement occasionner des problèmes de santé. Il y aura tellement de perturbations associées à cette décision, voire même une mentalité de guerre ».
Les enfants sont moins enclins que les adultes à attraper le nouveau coronavirus. Mais ils pourraient le transmettre tout comme le virus de la grippe, a souligné William Schaffner, professeur de la médecine préventive à l’Université Vanderbilt. « Nous manquons d’informations », ajoute le Dr Schaffner.
La fermeture des écoles est l’intervention non pharmaceutique la plus efficace pour ralentir la maladie, a précisé Nicholas Christakis, professeur de Yale qui étudie la propagation de l’épidémie. Les villes qui ont fermé les écoles plus tôt et plus longtemps pendant la pandémie de grippe espagnole en 1918 avaient des taux de mortalité beaucoup plus bas, a-t-il rappelé.
Et d’ajouter que dans le cas où une école reste ouverte, elle doit prendre des mesures intermédiaires, comme par exemple prolonger le temps où les parents déposent leurs enfants le matin pour éviter les regroupements à l’entrée. Les étudiants doivent s’asseoir en respectant une distance entre eux dans la cafétéria, etc.
La surintendante des écoles de Seattle, Denise Juneau, a déclaré mercredi que les écoles de la ville, qui comptent 52.000 élèves, seraient fermées pendant deux semaines en raison du coronavirus. Le lendemain, le gouverneur Jay Inslee a prolongé la fermeture à six semaines.
« Cela va effectivement paralyser la ville du à l’impact défavorable sur les parents qui doivent rester chez eux pour surveiller leurs enfants », déplore Dr Juneau.
La décision rapide de fermer les écoles est intervenue au cours d’une semaine marquée par l’angoisse où les directeurs des écoles locales avaient du mal à prendre une décision. En fait, ce qui a compliqué les prises de décisions c’est le fait que les districts voisins décidaient de manière indépendante.
La surintendante des écoles publiques de Boston, Brenda Cassellius, était aux prises avec ce problème vendredi après-midi, les écoles étant restées ouvertes dans l’absence de plans de fermeture. Elle a dit que la situation était réévaluée d’heure en heure. Vers la fin de la journée, le maire de Boston, Marty Walsh, a annoncé la fermeture des écoles jusqu’au 27 avril.
Du côté d’Upper Darby, Pennsylvanie, aux alentours de Philadelphie, le surintendant Daniel McGarry déplore la faiblesse du leadership national quant à la décision de fermer les écoles. Son district supervise l’éducation de 13.000 étudiants, qui parlent 83 langues et dont plus de la moitié dépend des écoles pour se nourrir.
« La prise de décision de fermer les écoles n’a pas été aussi forte que je le souhaiterais », a affirmé jeudi Dr McGarry. « Je pense que la décision devrait être prise à un niveau beaucoup plus élevé ».
Le Dr McGarry a opté pour la fermeture des écoles le vendredi pour permettre aux enseignants de se préparer pour les cours à distance pendant que les élèves sont chez eux. Le même jour, le CDC a mis à jour son plan suite auquel le gouverneur de Pennsylvanie, Tom Wolfe, a annoncé la fermeture des écoles à l’échelle de l’État.
« J’ai connu pas mal de coupes financières à cause de la grippe porcine, H1N1, Y2K », déplore le Dr McGarry. « Mais celle-là, c’est la plus compliquée » .

Par Douglas Belkin

laissez un commentaire