Nucléaire : l’AIEA pointe du doigt l’Iran

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) vient de confirmer, ce lundi 9 septembre 2019, l’installation par Téhéran de centrifugeuses avancées susceptibles d’augmenter son stock d’uranium enrichi. Téhéran montre ainsi qu’il est en train de franchir une nouvelle étape dans la réduction de ses engagements contenus dans l’accord de 2015.

En date de samedi, l’Iran «avait installé ou était en train d’installer» sur le site d’enrichissement de Natanz 22 centrifugeuses de type IR-4, une de type IR-5, 30 autres de type IR-6 et trois modèles IR-6s, selon les «vérifications» effectuées sur place par l’agence, a indiqué un porte-parole de l’AIEA dans un communiqué.

La mise en route de centrifugeuses avancées devrait accélérer la production d’uranium enrichi et augmenter les stocks du pays, qui depuis juillet dépassent la limite fixée par cet accord (300 kg) conclu entre la République islamique et le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne).

Les vérifications et le suivi de la situation en Iran seront discutés à partir de lundi à Vienne où débute une réunion trimestrielle du Conseil des gouverneurs de l’AIEA. L’Iran a commencé en mai à réduire les engagements qu’il a consentis au titre de cet accord en représailles à la décision prise un an plus tôt par les Etats-Unis de dénoncer ce texte et de réimposer des sanctions économiques contre Téhéran.

laissez un commentaire