Commerce et services : feuille de redémarrage.

Les entreprises du commerce et des services sont touchés de plein  fouet par la crise du coronavirus. La fédération du commerce et services de la CGEM met en place une feuille de route pour la relance.

Depuis l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire, les entreprises du commerce et des services ont subi un impact fort sur leur activité variant de 30 à 70%, certaines sociétés sont même en arrêt d’activité. Ainsi, la perte d’emplois pour les deux secteurs est évaluée à 361.130 affectant par conséquent le pouvoir d’achat des ménages. Au regard de cette situation, la fédération du commerce et services de la CGEM en concertation avec les associations membres, a élaboré une proposition de plan de relance adapté aux différentes branches des secteurs du commerce et des services. « Ce plan de relance établi en étroite concertation avec nos membres vise le maintien de la continuité de l’activité des entreprises des secteurs des deux secteurs tout en créant de la valeur et évitant ainsi une vulnérabilité sociale à travers la préservation des emplois » explique Bouchra Outaghani , présidente de la fédération.

Axes principaux

Établi autour de 3 axes majeurs, ce plan de relance contient 75 mesures effectives adaptées aux spécificités des secteurs représentés et leur capacité de création de la valeur ajoutée. L’ensemble des mesures proposées sont équilibrées entre celles destinées à relancer l’offre et d’autres à la demande. Le premier axe relatif à la sauvegarde de continuité de l’activité, vise la préservation en urgence des secteurs du commerce et services en permettant aux entreprises de supporter leurs besoins immédiats de liquidités pour le paiement des charges courantes critiques et éviter les faillites. Dans ce sens, la FCS a proposé le report de toutes les échéances, bancaires, assurances, sociales et fiscales, et leur étalement sur l’année 2021. Sur le volet  préservation des emplois et soutien de l’offre, la FCS veut la sauvegarde des compétences des entreprises et particulièrement celles des services, afin de préparer de manière proactive la sortie de crise, et maintenir ainsi les emplois afin d’éviter une éventuelle baisse de la demande. Par ailleurs, le 3ème axe est relatif à l’octroi de la visibilité et préservation de la compétitivité, il contient des mesures structurantes visant à renforcer la confiance des acteurs en assurant un climat des affaires favorable à l’investissement, l’export, la digitalisation et la valorisation du capital humain.

Dans ce cadre, la FCS prône un rôle primordial de l’Etat à travers l’instauration de la préférence nationale de la commande publique, une stratégie pragmatique d’encouragement du Made in Morocco, sans tomber dans le protectionnisme, des programmes d’appui adaptés aux ambitions des secteurs et la mise en place d’une stratégie de redynamisation inclusive et la mise en place de mesures pour la réduction des délais de paiement inter-entreprises

Pistes de financement

Consciente du poids financier de ces mesures sur le budget de l’Etat, la FCS a proposé des pistes de financement à l’appréciation du gouvernement. Certaines mesures relatives également à la préservation du niveau de la balance des paiements ont été également recommandées. Afin d’anticiper l’ouverture des activités, la FCS s’attèle à élaborer des kits de reprise par branche avec l’appui des associations de branche et des pouvoirs publics afin de garantir le respect strict des mesures sanitaires et des règles instaurées par les autorités compétentes

laissez un commentaire