Covid-19 : Précisions de la Chine sur ses 59 vaccins

 

La Chine vient de faire le point sur les vaccins contre le nouveau coronavirus qui sont développés dans le pays. Aucun n’est encore déclaré prêt.

 

Nouvelle promesse de la Chine : 610 millions de doses par an de plusieurs vaccins contre le Covid-19, d’ici à la fin de l’année. Encore faut-il que les essais cliniques, en cours pour certains vaccins, soient menés avec succès dans ce pays. Aux dernières nouvelles, on apprend que la mise au point de onze vaccins chinois sur 59 projets au total est entrée dans la phase des essais cliniques. C’est ce que vient de révéler le ministère chinois de la Santé, Wu Yuanbin.

Pour éviter de donner un faux espoir, les responsables chinois ne sont montrent pas aussi enthousiastes que les Russes, par exemple. « L’innocuité du vaccin utilisé dans l’urgence a été totalement authentifiée, mais son efficacité n’a pas été complètement certifiée », a lancé Zheng Zhongwei. Ce dernier est membre de la Commission nationale de la santé. Tout ce que promet la Chine, à l’heure actuelle, c’est un produit final « accessible » au grand public.

A noter que deux vaccins fabriqués par la société China National Biotec Group (CNBG) ont été testés sur plus de 35.000 personnes au Moyen-orient. C’est ce qu’a dévoilé le ministre Wu Yuanbin. CNBG est une filiale de Sinopharm qui fait tester des vaccins au Maroc.

Par ailleurs, Sinovac, autre grand producteur de vaccins, a procédé à des essais en Amérique du Sud et en Asie du Sud-Est.

Un vaccin mis au point en commun par CanSino Biologics et l’armée chinoise devrait lui aussi donner lieu à des tests à l’étranger. Le Maroc n’est pas concerné puisque seuls des pays européens et asiatiques ont déjà donné le feu vert pour ces tests.

 

Le vaccin CoronaVac déclaré prometteur 

La grande majorité des 50.000 volontaires en Chine, soit 94,7%, qui ont reçu le vaccin CoronaVac, du laboratoire chinois Sinovac, n’ont présenté aucun effet indésirable, selon une étude présentée, mercredi, dans la ville brésilienne de Sao Paulo, et relayée par les médias locaux.

Les résultats des essais cliniques menés en Chine indiquent que seulement 5,3% des personnes vaccinées ont démontré des effets indésirables, tous de « faible gravité », comme l’a expliqué lors d’une conférence de presse Joao Doria, le gouverneur de l’état de Sao Paulo, où des tests de ce vaccin sont également effectués avec des volontaires brésiliens.

« Les effets indésirables de faible gravité pour une minorité de personnes sont courants dans les vaccins largement utilisés », a déclaré Doria, qui a ajouté que les résultats « montrent que CoronaVac a un excellent profil de sécurité. »

Doria a également réaffirmé que des études antérieures indiquaient que le vaccin Sinovac, l’un des plus développés au monde et qui se trouve dans la troisième et dernière phase de test, a obtenu une efficacité de 98% dans l’immunisation des personnes qui l’ont reçu. Au Brésil, les essais cliniques de la formule chinoise ont débuté le 21 juillet et incluent 9.000 volontaires, dont 5.600 ont déjà été vaccinés, ont relevé les médias.

L’Agence nationale de surveillance sanitaire (Anvisa), le régulateur brésilien, a autorisé mercredi une augmentation de 9.000 à 13.060 du nombre de volontaires pour ce vaccin chinois, qui en plus de Sao Paulo, où sa production est en cours de préparation, sera testé dans les états de Mato Grosso et Mato Grosso do Sul (centre-ouest).

De son côté, le directeur de Sinovac pour l’Amérique du Sud, Xing Han, a souligné lors de la conférence de presse que « tous les tests pointent vers l’efficacité du vaccin » et qu’il est convaincu que l’antigène pourra être enregistré « à court terme ».

« Les tests de phase 3 se déroulent très bien et nous sommes convaincus que la sécurité et l’efficacité du vaccin seront testées », a-t-il affirmé.

Compte tenu des bons résultats, le gouverneur de São Paulo a ajouté que la prévision est que la vaccination de masse contre le coronavirus commence déjà dans la seconde quinzaine de décembre, parmi le personnel de santé.

Le gouvernement de São Paulo, par l’intermédiaire de l’Institut Butantan, a signé un accord avec le laboratoire Sinovac pour le transfert de technologie pour la production à grande échelle du vaccin au Brésil.

Avec AFP

VOIR AUSSI

Covid-19 : Nouveau rétropédalage de l’OMS à propos de l’Afrique

 

laissez un commentaire