Fès fête la culture amazighe

La 15e édition du festival international de la culture amazighe s’est ouverte vendredi à Fès sous le thème ‘’les nouveaux défis de la migration dans la région euro-méditerranéenne’’.

Initiée par l’association Fès-Saiss et le centre Sud-Nord, en partenariat avec la fondation BMCE, le festival comprend deux volets principaux dédiés au forum international axé sur l’immigration et à la chanson et aux arts amazighs.

Le ministre de la culture et de la communication, Mohamed Laaraj, a souligné à cette occasion, que ce festival international, qui fête la culture amazighe et ses expressions artistiques, ainsi que ses apports matériels et immatériels, jette la lumière sur la relation du patrimoine amazigh avec les cultures d’Afrique du nord et le rôle de la culture amazighe dans le brassage des cultures de la région.

Le festival œuvre profondément à mettre en avant les valeurs de cohabitation, de vivre-ensemble et de paix de la civilisation humaine, a-t-il poursuivi, notant que le monde actuel a plus que jamais besoin de la diffusion de ces nobles valeurs.

Le ministre de la culture a rappelé que le processus de promotion de la culture amazighe a commencé depuis plusieurs années, ajoutant que son département a œuvré , à l’instar de nombreux secteurs gouvernementaux, à la mise en place et l’exécution de plusieurs projets en la matière aussi bien au niveau de la communication audiovisuelle, du patrimoine matériel et immatériel, ou encore dans le domaine du livre, des arts et de l’appui de la société civile.

De son côté, le directeur du festival, Moha Ennaji, a souligné cette manifestation tend à renfoncer la cohésion culturelle et sociale et à consolider les valeurs de paix et de dialogue entre les cultures, ajoutant que la diversité culturelle n’est pas un handicap mais un catalyseur de développement socio-économique et culturel.

Le président de l’association Fès-Saiss, Hassan Slighoua, a quant à lui, rappelé que cette manifestation est l’un des plus grands festivals de la culture amazighe à l’échelle nationale, ajoutant que cette culture est enracinée dans  »l’âme et le cœur » de chaque Marocain et tire ses origines de l’histoire humaine marocaine et de sa civilisation.

La cérémonie d’ouverture du festival a été marquée par un hommage rendu à l’écrivain Mohamed Ndali et à l’académicienne marocaine Amina El Mghari, en signe de reconnaissance de leur contribution à l’écriture, à la recherche et au développement culturel.

Selon les organisateurs, le forum est une occasion pour les experts et les chercheurs de discuter de questions liées aux échanges à travers l’histoire, la migration et la culture et leurs contributions au développement et au dialogue des cultures.

Cette manifestation culturelle est aussi une opportunité propice pour mettre en évidence l’impact positif de la contribution de la culture amazighe au dialogue interculturel, au développement humain et à la préservation du patrimoine.

Outre le forum, le festival célèbrera la chanson amazighe à travers l’organisation de plusieurs soirées visant à promouvoir ce patrimoine littéraire et artistique universaliste.

Plusieurs artistes, dont Khadija Atlas, Najat Tazi, Houssein Ait Baamran et des groupes d’Ahidous et d’Ahwach, animeront les soirées de ce festival.

laissez un commentaire