La double nationalité est problématique

 

Par Ahmed Charaï

 

C’est une question épineuse mais il faut la poser : Peut-on occuper des postes stratégiques en ayant une double nationalité ?

Plusieurs pays ont réglé le problème, c’est NON.

D’autres exigent que le candidat abandonne son deuxième passeport, geste symbolique pour signifier que désormais il n’a qu’une seule loyauté.

La commission pour le nouveau modèle de développement compte parmi ses rangs des binationaux. Certains d’entre eux sont très contestés et mis en cause par des articles de presse, pour diverses raisons. Le problème c’est que les membres de cette commission ont accès à des informations stratégiques, ce qui est normal pour leur permettre d’accomplir leur tâche. Et à ce niveau, la double nationalité est problématique.

Il n’est pas question de mettre en doute l’attachement au Maroc de quiconque, mais à ce niveau de responsabilité, les Etats doivent se protéger de manière formelle. Surtout quand des gens ne respectent aucun devoir de réserve et signent des brûlots mettant en cause les institutions du pays .

Au Maroc, cette question est taboue, mais a déjà surgi par le passé. Nous avons limogé un ministre délégué, parce qu’il a demandé la nationalité espagnole, alors qu’il venait d’être nommé ministre. Mais nous avons eu, et nous avons, des responsables qui ont deux passeports. Quand ils rencontrent leurs homologues, représentant leur deuxième pays, quel est leur état d’esprit ? Nul ne peut le certifier.

Entendons nous bien, que de simples Marocains par choix ou par commodité administrative s’octroient une autre nationalité n’a rien de répréhensible en soi. Mais cela pose un problème quand il s’agit d’accès à de très hautes fonctions. Le plus simple, c’est d’exiger qu’ils rendent leur autre passeport et qu’ils renoncent formellement à toute autre nationalité que marocaine.

C’est loin d’être anecdotique. Sans tomber dans les poncifs hyper nationalistes, il serait normal de reconnaitre qu’il ya un problème de souveraineté nationale sur cette question et que cela ne peut pas durer indéfiniment.

Le passeport n’est pas une carte bancaire, c’est un signe d’appartenance à un Etat, à une nation. Or il se peut que les intérêts de cet Etat, sur le plan économique, diplomatique, ne coïncident pas avec ceux du Maroc. Il est alors légitime de se poser des questions, sans accuser personne.

A partir d’un certain niveau de responsabilités, la double nationalité est problématique.

 

LIRE AUSSI

Les  pollueurs du débat public

 

laissez un commentaire

Commentaires (14)
  1. Amazighi

    Nous actions EU un premier ministre decede recently ayant un double passport.

    Répondre
  2. AA

    Passeport français contre maroquin algérien
    Renoncer à un poste ministériel pour garder sa nationalité étrangère n’est pas une décision banale. C’est ce qu’a décidé Samir Chaabna, éphémère ministre algérien. En Algérie, seuls peuvent accéder à certaines responsabilités les Algériens n’ayant pas une autre nationalité. Les esprits chagrins diront que même pour un poste au gouvernement dans leur pays d’origine, les binationaux ne sont pas prêts à quitter Marseille. Est-ce si terrible que ça de vivre à Alger ? se demanderont les humoristes. Les critiques pointeront du doigt le manque de patriotisme, l’absence du sens du devoir national, voire la « trahison » de Chaabna. Est-ce vraiment le débat ? La vraie question, à mon avis, n’est-elle pas plutôt de savoir pourquoi, sommé de choisir, il a préféré renoncer au prestige, à l’honneur (et aux avantages) que procurent normalement les fonctions ministérielles pour garder son passeport français. La fierté de faire partie du gouvernement, d’avoir l’occasion de peser sur des décisions importantes, d’en prendre soi-même, de faire (peut-être) l’histoire, sans compter le salaire confortable, la voiture officielle avec chauffeur, le passeport diplomatique, les « monsieur le ministre » et autres à-côtés, tout cela n’a pas pesé bien lourd face au passeport français. La nationalité française a été jugée plus avantageuse. C’est que celle-ci donne droit à une situation qui est normalement permanente, alors que le poste ministériel est éphémère. La perspective de gérer un département aussi complexe et compliqué que celui de la Communauté algérienne à l’étranger a peut-être aussi découragé l’ancien ministre.
    L’Etat, humilié, aura fort à faire pour essayer d’expliquer l’inexplicable, s’expliquer sur le cafouillage, détourner l’attention de la pantalonnade. Chaabna aura au moins réussi à provoquer un débat salutaire.

    Répondre
  3. Bastos

    Il est urgent de traiter cette problématique !
    Il faudrait être catégorique pour les hautes fonctions administratives : ministres, Hauts commissaires , la dg SB, la Dget les SG doivent avoir l’unique nationalité marocaine.
    Il est aussi acceptable dans les conditions actuelles que certains cherchent à avoir une autre nationalité pour éviter les tracasseries des visas et des contrôles aux frontières.
    Il n’est pas admis de nommer une personne marocaine par exemple Ambassadeur dans le pays de sa deuxième nationalité ! C’est aberrant et en contradiction avec les us et coutumes !
    Il est aussi aberrant de voir des ministres en mission dans le pays de sa deuxième nationalité et vouloir défendre les intérêts du Maroc! C’est incompréhensible !
    Il faudrait arrêter cette mascarade des personnes bien soutenues et protégées ! Il eu une période où plus de six ministres ont double nationalité !!!

    Répondre
  4. Gérard

    La déontologie existe.
    Il y a des mono-nationaux qui desservent leur pays..
    On peut se dessaisir, s abstenir dans un dossier etc. Bref, être bi-national ne devrait pas être automatiquement un problème.

    Répondre
  5. Azdin

    Étant moi-même MRE, je trouve le contenu de cette article très juste. Le titre m’a un peu effrayé au début, mais l’article est juste et réservé, merci.

    Répondre
  6. Mohammed Tanjawi

    Je pense vraiment que tu n’es pas pleinement informé. C’est triste

    Aux Pays-Bas
    ————————————————————————————-
    Khadija Arib: Président de la Chambre des représentants
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Khadija_Arib

    Ahmed Aboutaleb: Maire de Rotterdam
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ahmed_Aboutaleb

    Ahmed Markouch: Maire de Arhnem
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ahmed_Marcouch

    et la liste continue …

    Répondre
  7. Jan Hoogland

    La double nationalité est aussi très problématique pour des millions des MRE, parmis eux des hautes fonctionaires comme le maire de Rotterdam (NL) mr Ahmed Aboutaleb ou des membres du parlement néerlandais.
    Comment si les Pays Bas auraient leur demandé de laisser tomber sa nationalité marocaine? Ça serait possible pour eux?

    Répondre
  8. Meriem

    C est un débat légitime qui s est imposé à moi ,à l époque de la candidature du Maroc pour l organisation de la coupe du monde 2026.Comment un ministre maroco-canadien peut -il objectivement défendre correctement le dossier marocain face à la candidature du Canada?Surtout quant on connaît le serment que l on prête pendant la cérémonie de naturalisation. Oui j estime qu on a le droit d en débattre

    Répondre
  9. Othmane

    Bonjour comment fait on si on a des parents de 2 nationalités différentes?
    Doit on demander à qqn de renoncer à son père ou à sa mère ?
    Comment fait on avec les cabinets de conseil internationaux ? Les experts du FMI ou de la BM qui dictent nos politiques?
    Il me semble que se débat est stérile, depuis la nuit des temps on a vu traitre de pur souche et des serviteurs zélés venant d’horizons lointains!

    Répondre
  10. Nordine B

    Du n importe quoi ! Les binationaux sont plus attachés à leur pays que les nationaux.
    Question: Est ce que Dr Slaoui ne ferait un bon ministre de la santé du Maroc ? DSK ne ferait un bon ministre des finances du Maroc ? Etc ..

    Répondre
  11. Rachid C

    Monsieur Charai
    Vous confondez Citoyenneté avec Nationalité.
    La loyauté et l’expérience des détenteurs de plusieurs citoyennetés , binationaux comme vous dites, est une ressource dont les gens censés apprécient la pertinence.
    Le sentiment d’appartenance au pays  »LE MAROC » est très fort pour les marocains qui on vécu ou vive ailleurs.
    Cette restriction que vous voulez sous entend que les  »binationaux » ne sont pas marocain à part entier, c’est très grave…

    Répondre
  12. Chk

    Monsieur,
    Que la question de la double nationalité vous pose problème, c’est votre avis et je le dois de le respecter.
    Toutefois, il faut oser aller plus loin dans votre démarche.
    Pourquoi est-il plus facile pour vous de taper sur les marocains lambda ? Mais quand il s agit de parler des hauts fonctionnaires marocains qui ont la double nationalité, là il n y a plus personne.
    C’est donc cela qui me pose problème : même ce qui vous problème est à géométrie variable.

    Répondre