Laftit : 5,1 millions de familles aidées et le déconfinement encore à l’étude

Le ministre de l'Intérieur Abdelouafi Laftit

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a affirmé  hier (mercredi 30 avril 2020) que les scénarios possibles pour la levée de l’état d’urgence sanitaire sont actuellement étudiés et que toutes les mesures d’accompagnement sont examinées pour le déconfinement.

S’exprimant lors d’une réunion de la Commission de l’intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants, le ministre a appelé de nouveau les citoyens à veiller au respect des mesures prises par les autorités publiques pour faire face à la pandémie du coronavirus.

En mettant en avant les mesures prises pour faire face aux retombées de la pandémie avec comme premier objectif la protection des citoyens, le ministre de l’Intérieur a souligné que la mise en œuvre optimale de l’état d’urgence sanitaire requiert avant tout « une conviction profonde de tous les citoyens en leur destin commun ».

Avant de lancer ces messages, Laftit a donné les derniers chiffres concernant les aides financières débloquées du Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du Covid-19, au profit des détenteurs de la carte Ramed et des personnes affiliées à la CNSS.  Il a indiqué qu’un total de 5,1 millions de familles ont bénéficié des aides financières du Fonds spécial.

« Le fonds a aussi permis de soutenir 800.000 personnes affiliées à la CNSS, en arrêt de travail, et 2,3 millions familles détentrices de la carte Ramed, impactés par le Covid-19, en plus de deux millions de ménages non-Ramédistes », a-t-il affirmé.

Au cours des débats qui ont suivi l’intervention du responsable devant les membres de la commission, le ministre a évoqué l’application mobile lancée par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), permettant aux agents de sûreté à différents barrages de contrôle de suivre les mouvements des citoyens. « Il s’agit d’une application 100% à caractère provisoire, développée par des cadres marocains », a-t-il précisé.

L’utilisation de cette application a été déployée avec l’accord de la Commission nationale de contrôle de protection des données à caractère personnel (CNDP), en ce sens qu’elle est respectueuse des informations personnelles.

« la mise en œuvre optimale de l’état d’urgence sanitaire requiert avant tout « une conviction profonde de tous les citoyens en leur destin commun. »

Mesures fortes prises par le Maroc

Laftit a rappelé que dès la confirmation des premiers cas de coronavirus, le Royaume a suspendu toutes les liaisons aériennes et maritimes avant de décréter l’état d’urgence sanitaire le 20 mars, ensuite prolongé jusqu’au 20 mai. « Tous les intervenants ont été mobilisés dès le départ avec en particulier la création d’une cellule locale de suivi dans chaque province et chaque région, afin d’apporter avec la célérité requise des solutions aux problèmes rencontrés », a poursuivi le ministre.

Le ministre a aussi mis en exergue  la mise à disposition des moyens et équipements de santé au niveau des hôpitaux, ainsi que la création d’hôpitaux de campagne, tout en assurant l’approvisionnement des marchés en produits de première nécessité.

Parmi les mesures adoptées, le responsable gouvernemental a rappelé le port obligatoire des masques médicaux pour toutes les personnes autorisées à se déplacer hors leur résidence dans les cas exceptionnels. A cet égard, l’effort visant l’approvisionnement du marché en quantités suffisantes de masques a permis la production de 110 millions d’unités.

(Avec MAP)
laissez un commentaire