Mariage de raison

 

Par Ahmed Charaï

 

L’Espagne et le monde entier traversent un moment délicat dans lequel il semble que des valeurs et des principes, inconditionnellement assumés jusqu’à présent, soient remis en question. Nous courons le risque que les branches ne nous permettent pas de voir la forêt, laissant de côté les questions essentielles qui nécessitent beaucoup plus notre attention. C’est le cas des relations hispano-marocaines, essentielles pour les deux pays, bien sûr, mais aussi essentielles en termes géostratégiques mondiaux; essentielles pour l’Europe et essentielles pour l’Afrique.

 

Cet Editorial est paru dans le quotidien espagnol El Mundo de ce vendredi 4 décembre

…Et le même jour sur le site elmundo.es

Le Maroc et l’Espagne entretiennent des relations stables depuis des décennies, quel que soit le détenteur de la majorité parlementaire en Espagne. Puisqu’il y a de puissantes «raisons» objectives à cela. Cependant, émanent des sentiments qui correspondent davantage au monde des «émotions» qui mettent en péril l’empire de la raison et qui continuent à empêcher l’extension de cette coopération à des domaines importants tels que le social et la culture, ce qui permettrait une humanisation de la relation.

La réalité géographique immuable impose ce voisinage, déterminant,  que chaque pays assume une sorte d’extension de l’espace de vie par rapport à l’autre. Cela étant, il est incontestable que la situation actuelle, dynamique, va bien au-delà du cadre national restreint et impose, plus que jamais, la nécessité de maintenir cette stabilité.

Dans les années 1970, les deux économies étaient à égalité. Les productions industrielles apportaient très peu de valeur, tandis que l’agriculture et la pêche étaient très compétitives, notamment par rapport au marché européen. Lorsque l’Espagne est entrée en Europe, le dialogue entre ces deux pays s’est limité à la pêche hauturière, le Maroc négociant désavantagé car l’Espagne avait plus de force grâce à l’accord d’association avec l’Union européenne.

C’était une période très complexe où les deux pays, qui étaient à la recherche d’une voie vers la modernisation structurelle de leurs économies et du système politique, ont été submergés par la faiblesse de leurs économies respectives et la lutte contre la pauvreté, en particulier pour l’Espagne forcée d’atteindre les niveaux du marché européen.

Mais tout cela est déjà de l’Histoire. Les mutations de l’économie marocaine ont été telles que l’Espagne est désormais en concurrence avec la France pour le rôle de principal partenaire économique. Les investissements directs espagnols dans des secteurs aussi variés que le tourisme, l’agriculture, l’électromécanique ou la construction sont très importants.

Même en Espagne, les exportations liées à la production agricole ont été considérablement réduites. Par ailleurs, dans certaines niches, comme la fraise par exemple, on assiste au développement de joint-ventures ou de partenariats stratégiques temporaires.

Au-delà de tout ce qui précède, entre ces deux voisins, qui sont des deux côtés du détroit de Gibraltar, il a toujours été clair que les questions géostratégiques sont fondamentales. Les deux pays sont nécessairement préoccupés par la sécurité, la lutte contre le terrorisme, le trafic international de drogue et l’immigration clandestine. Le Maroc se montre comme un partenaire très fiable. Ce sont les dirigeants espagnols eux-mêmes qui l’affirment depuis le début de ce siècle.

Madrid reconnaît l’importance et la qualité de cette coopération et est le défenseur du Maroc devant l’Union européenne pour un soutien spécifique dans ce contexte. La nouveauté est que, à travers sa politique africaine initiée par le roi Mohammed VI en 2008, le Maroc s’est imposé comme un leader incontesté du continent qui, malgré ses problèmes persistants, est celui qui recèle la plus grande source de croissance du continent pour les prochaines décennies. L’Espagne, le pays le plus proche de l’Afrique, en est très conscient et promeut par conséquent la coopération bilatérale dans ce sens. Il est évident que le Maroc est la porte la plus accessible pour canaliser les investissements vers le continent africain.

Les aspects non économiques sont un problème plus important, car les deux nations sont en contact, parfois en confrontation, systématiquement. Il est incompréhensible que les relations culturelles soient à un niveau aussi bas. En effet, il existe un mouvement qui revendique l’héritage maure en Andalousie, le cercle de l’Avesnois, l’association des trois cultures, mais cela ne reflète pas la hauteur de ce que représente le passé des deux nations, avec un patrimoine fortement basé sur la civilisation islamique et la renaissance européenne.

La politique déployée depuis Madrid est trop timide. Nous devons développer un système de bourses pour les étudiants marocains, améliorer l’image des émigrants marocains, renforcer la présence linguistique et faciliter les échanges humains.

L’évolution des contextes nationaux et régionaux de la Méditerranée occidentale rend souhaitable l’établissement de réseaux plus étroits et plus denses entre les sociétés et institutions espagnoles et marocaines pour promouvoir les connaissances et l’échange d’expériences. Cela devrait être étendu aux domaines des universités, des partis politiques, des médias et des agences gouvernementales.

Dans ce contexte, la question du Sahara perd beaucoup de sa pertinence. L’Espagne, ancienne puissance coloniale, connaît très bien la question. Madrid a rejoint le processus politique, a soutenu la proposition du Maroc pour une autonomie élargie, la qualifiant de « sincère et crédible » et le Maroc en a pris note. Que le parti Podemos puisse continuer avec ses positions idéologiques anciennes et usées n’est pas pertinent.

Oublier et vouloir changer le fait que le Sahara fait partie de la nation marocaine serait un véritable cataclysme. Premièrement, parce que ces nations, à la fois le Maroc et l’Espagne, sont très attachées à leur unité et à leur intégrité territoriale. Cela annoncerait des troubles et des conflits sans fin dans une région du sud de la Méditerranée, qui a plus que jamais besoin de stabilité. Des défis tels que la lutte contre le terrorisme ou le phénomène des migrations nécessitent des États stables. Sur le plan économique, cette région ne peut se permettre aucun effondrement. Au contraire, elle a besoin de plus d’intégration, d’un marché plus profond, pour assurer son décollage et satisfaire les aspirations de sa population majoritairement jeune.

L’affaire El Guergarat avait affecté  également les produits espagnols. Le Maroc est un défenseur actif de la stabilité régionale, l’Espagne en convient et cela renforce la permanence et le renforcement de ce mariage de raison.

laissez un commentaire