Meir Ben-Shabbat : «Nos pères ont vécu au Maroc dans la sécurité, la sérénité et la prospérité»

Meir Ben-Shabbat, conseiller à la sécurité nationale et président du Conseil national de sécurité de l’Etat d’Israël

Meir Ben-Shabbat, conseiller à la sécurité nationale et président du Conseil national de sécurité de l’Etat d’Israël

 

Meir Ben-Shabbat est conseiller à la sécurité nationale et président du Conseil national de sécurité de l’Etat d’Israël. C’est lui qui préside la délégation israélienne attendue aujourd’hui à Rabat dans le premier vol direct de Tel Aviv. L’entretien qu’il a accordé aux médias de notre groupe révèle l’immense potentiel que recèle le partenariat Maroc-Israël et les opportunités pour leurs jeunes. 

Entretien réalisé par Ahmed Charaï 

 

L’Observateur du Maroc et d’Afrique. Israël et le Maroc ont convenu de rétablir les relations diplomatiques. Le Premier ministre Netanyahu a déclaré que la relation entre les peuples des deux pays «a longtemps été caractérisée par la sympathie, le respect, la tendresse et l’amour», et a salué la «décision historique» du Roi Mohammed VI de faire ce pas audacieux vers la paix. Comment ce nouveau développement majeur peut-il élargir la coopération économique et culturelle pour faire progresser la stabilité régionale?

Meyer Ben Shabbat. L’établissement de relations avec le Maroc porte une signification particulière au-delà de ses aspects diplomatiques et économiques importants. Plusieurs citoyens israéliens d’origine marocaine espéraient ce moment.

Plusieurs enfants de la deuxième et troisième génération de juifs marocains, qui ont émigré en Israël, dont moi-même, conservons toutes nos traditions juives marocaines. Nous les vivons dans nos maisons. Les livres des grands rabbins marocains se trouvent dans toutes les bibliothèques israéliennes.

Les relations profondes entre la monarchie et le peuple marocain sont connues à travers le monde. Elles seront un pont entre nos deux pays et les fondations de la paix entre les deux peuples.

A ces bases, s’ajouteront d’autres comme les aspects technologiques et économiques. L’invention et la création sont les clés du développement et Israël dispose de ces capacités qui portent des concepts et des idées susceptibles de créer des partenariats dans les domaines de l’eau, de l’agriculture, de l’énergie, de la santé et de la cybersécurité, entre autres.

Le premier vol direct de Tel-Aviv à Rabat est prévu ce mardi. Comment vous sentez-vous en tant que fils de Makhlouf Ben-Shabbat, un juif qui a immigré du Maroc en Israël ?

Le vol historique entre Tel Aviv et Rabat représente l’ouverture des lignes aériennes entre Israël et le Maroc. Cela engendrera un rapprochement entre les deux peuples, et donnera envie de créer des partenariats dans plusieurs domaines. Nous avons vécu cela dans nos relations avec les autres pays avec lesquels nous avons ouvert des lignes directes.

En ce qui concerne mes sentiments, ce jour est exceptionnel et pas uniquement pour son aspect diplomatique. Mon regretté père le rabbin Makhlouf Khalifa et ma mère Aziza, que Dieu lui accorde longue vie ainsi que mes grands frères sont tous nés au Maroc. C’est là qu’ils ont grandi et fait leurs premiers apprentissages avant d’arriver en Israël.

Comme des milliers d’Israéliens, nous avons grandi avec les histoires de nos pères qui ont vécu au Maroc dans la sécurité, la sérénité et la prospérité. Ils ne cessent de louer les traditions et la culture juives marocaines. Elles sont vivaces dans nos maisons, nos synagogues, nos cœurs et chez nos enfants.

Je remercie le Premier ministre Netanyahou qui m’a accordé l’opportunité d’être un partenaire dans l’établissement des relations avec le Maroc.

Dans les pays arabes, des millions de jeunes en ont assez des idéologies extrémistes et xénophobes et veulent des opportunités et des avantages que seuls la paix et le partenariat peuvent apporter. Ils voient en Israël un partenaire solide pour développer leur économie, diffuser des opportunités et assurer leur avenir. Quel est votre message à ces populations?

Ces jeunes ont raison. Ils savent que la haine, le radicalisme et la guerre ne donneront rien de positif. Ils veulent employer leurs capacités pour la création de valeurs utiles. Ils attendent de leurs dirigeants qu’ils les amènent dans cette direction. C’est la raison de notre optimisme. Ces jeunes voient qu’Israël n’est pas le diable comme certains essaient de le leur faire croire. Israël ne méprise personne. Au contraire, c’est un véritable partenaire capable de faire avancer toutes les parties et générer de l’optimisme pour les générations futures.

En sa qualité de Commandeur des croyants et président du Comité Al Qods, le Roi Mohammed VI, n’a cessé d’œuvrer pour la paix dans le monde. Comment le Souverain pourrait-il aider à établir la paix entre Israéliens et Palestiniens?

L’attention accordée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI aux juifs du Maroc constitue un exemple de tolérance et un modèle de coopération entre les trois religions monothéistes.

Les relations entre le Maroc et Israël sont un pas qui va dans ce sens. Israël garantit la liberté du culte pour toutes les religions qui y sont représentées. Les accords d’Abraham renvoient à l’origine commune des trois religions. Jerusalem Al Qods et les lieux saints doivent être des lieux de rapprochement, de paix et de fraternité et non pas de guerre et de haine entre les peuples.

 

LIRE AUSSI

Jared Kushner, Conseiller spécial du Président des États-Unis, Donald Trump

Jared Kushner, Conseiller spécial du Président des États-Unis, Donald Trump

Entretien exclusif – Jared Kushner : « Le Roi Mohammed VI m’a prodigué d’excellents conseils » en faveur de la paix

laissez un commentaire