Meryem Aboulouafa. Une révélation en 2020

A 32 ans, l’auteure-compositrice et interprète casablancaise Meryem Aboulouafa, sort son premier album. Composé en anglais et en arabe, l’opus propose un voyage musical inédit. 

 

 

Sorti fin mai dernier en Europe et au Maroc par le label français Animal 63, l’album « Meryem » composé de 11 chansons et lancé avec le vidéoclip onirique « Deeply », vous prend aux tripes.

 

Bercée par The Beatles, Pink Floyd et Edith Piaf…

 

Mariant folk, électronique et sonorités orientales, la jeune casablancaise semble avoir trouver sa voie. « À travers mes chansons, j’ai trouvé le contexte dans lequel je peux exister pleinement » explique la chanteuse. De façon très poétique, émouvante et profonde, Meryem évoque la complexité de l’âme humaine, l’amour, l’acceptation de soi ou encore la spiritualité. L’artiste a baigné très jeune dans la musique grâce à son père qui l’initie aux grands classiques du rock (Beatles, Pink Floyd…) et de la chanson française (Edith Piaf…).

Elle suit des cours de solfège et de violon au Conservatoire de musique. Plus tard, elle se lance dans des études d’architecture d’intérieur mais sa guitare ne quitte pas sa chambre. Bientôt, elle compose ses premières chansons qui ne laissent personne indifférent. Grâce à ses rencontres, elle se fait connaitre en Europe et enchaîne enregistrements et interprétation sur scène.

LIRE AUSSI :

Cinéma. Les tournages reprennent 

laissez un commentaire