Outsiders / Insiders ? Le MACAAL rend hommage aux artistes d’Essaouira

Après le succès des deux expositions   Welcome Home Vol. II et Tempus Fugit qui sont prolongées jusqu’au dimanche 21 février, le MACAAL se prépare pour recevoir sa nouvelle exposition temporaire dédiée à l’art singulier des artistes souiris intitulée Outsiders / Insiders ? Artistes d’Essaouira des collections Fondation Alliances et Fundación Yannick y Ben Jakober.

 

 

Consacrée aux artistes singuliers de la ville d’Essaouira, cette exposition sera présentée dans les espaces du Musée d’Art contemporain africain Al-Maaden (MACAAL) du 11 mars au 25 juillet 2021 et rassemblera un large panel d’œuvres.

La Fundación Yannick y Ben Jakober/Museo Sa Bassa Blanca présentera ses œuvres emblématiques des peintres d’Essaouira, auxquelles répondront une sélection d’œuvres de la collection du MACAAL sur le même thème. Quelques prêts locaux viendront compléter cet accrochage.

Une exposition inédite rendant hommage au génie des artistes peintres souiris, -à l’instar de Abdelkader Bentajar-, tous connus pour le métissage de leurs couleurs vives, leur expressions oniriques et leur art singulier profondément enraciné en Afrique où il puise ses énergies créatrices.

 

Le « bleu » de Abdelkader Bentajar

 

Né en 1949 dans la région de Marrakech, Abdelkader Bentajar a été séduit par la cité d’Essaouira, cette ville de lumière suspendue entre ciel et terre, au point que, dans ses œuvres, il épouse les couleurs traditionnelles de la ville : le bleu et le blanc, chers aux cœurs des habitants et amoureux de la cité bleue. Lorsqu’on interroge le peintre à propos de son art, il confie que : « la couleur bleue est la plus belle, car le ciel bleu est le seul ami et le compagnon fidèle des êtres du commencement jusqu’à la fin ».
L’artiste dont la palette illustre les ciels d’Essaouira envahis de nuages impressionnants peuplés de personnages fantasmamatiques, a déjà exposé à l’étranger (Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers ou encore à Paris en 1999, lors des manifestations du « Temps du Maroc ».

 

LIRE AUSSI :

Exposition. « L’empreinte de mes rêves » de Ahmed Chiha

 

laissez un commentaire