Vaccin anti Covid-19 : Khalid Aït Taleb brûle les étapes

Le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb n'a pas encore tout dit aux Marocains à propos du vaccin qu'il veut généraliser.

Le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb n’a pas encore tout dit aux Marocains à propos du vaccin qu’il veut généraliser.

 

Le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb a souligné hier, vendredi  9 octobre 2020 à Rabat, que son département déploie tous les efforts pour assurer un stock suffisant de vaccins anti-Covid19 pour l’ensemble des Marocains. Soit, mais…

 

Ait Taleb a affirmé, dans une déclaration à la MAP, que le ministère s’attèle à la mise en place d’un ensemble de mesures en vue de généraliser la vaccination anti-Covid19 sur toutes les régions du Royaume, en attendant que l’efficacité de l’un des vaccins en phases finales des essais cliniques soit prouvée.

Le Maroc est appelé à se préparer à l’avance et à prendre toutes les mesures à même d’assurer la réussite de l’opération de vaccination contre le coronavirus, conformément aux Hautes Orientations Royales relatives à l’adoption d’une stratégie proactive pour lutter contre cette épidémie, a-t-il insisté.

On apprend que le ministère de la Santé a organisé jeudi une journée d’études, à laquelle plusieurs cadres du ministère ont pris part, pour s’arrêter sur le degré de préparation du Royaume et sa capacité à mener une éventuelle campagne de vaccination contre le coronavirus, et à élaborer des visions stratégiques pour réussir cette opération sur l’ensemble des provinces et régions du Royaume, au cas où un vaccin, dont l’efficacité venait d’être prouvée, est mis en vente sur le marché mondial.

Aït Taleb a, en outre, indiqué que cette rencontre a été tenue en parallèle avec le lancement par le ministère de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, et qui permettra d’éviter toute confusion entre les cas de grippes et ceux du coronavirus.

Dans ce cadre, Aït Taleb a fait valoir que cette campagne de vaccination contre la grippe saisonnière concernera toutes les catégories vulnérables et les professionnels de santé, et permettra au ministère de diagnostiquer soigneusement et de prendre en charge les cas de Covid-19.

Le ministre de la Santé a également rappelé la signature par son département de deux accords de partenariat et de coopération avec le laboratoire chinois « Sinofarm », visant à associer le Royaume aux essais cliniques de vaccination contre le coronavirus et à lui assurer un stock suffisant de vaccins, en plus d’un mémorandum d’entente pareil avec le groupe « AstraZeneca », à travers la société russe « Ir-Farm ».

Pour ce qui est de la capacité du système sanitaire marocain à absorber la hausse remarquable des nombres de cas, le ministre a estimé que « les infrastructures sanitaires et les ressources humaines souffrent, à l’instar des autres pays, de l’épuisement suite à la propagation de la pandémie », ajoutant que le système de rotation adopté par le ministère entre les cadres œuvrant dans les services de Covid-19 et des autres services contribue à faire face à cette situation.

Il a aussi souligné que les cas critiques en réanimation demeurent la principale source d’inquiétude pour le ministère, notamment avec le manque de cadres de santé en général, notant toutefois que le nombre de ces cas n’occupent actuellement que 24% de la capacité d’accueil en réanimation à l’échelle nationale (2.800 lits), ce qui en deçà du seuil critique de 65%.

Le ministre a en outre relevé l’importance de soutenir et d’accompagner le personnel de santé dans cette conjoncture actuelle, en attendant l’élaboration d’une stratégie bien définie pour doter ce secteur en ressources nécessaires, dans le cadre d’un statut particulier de la fonction publique, attractif et motivant.

Le ministre a tout dit sauf les précieuses informations attendues par tous les marocains sur l’efficacité du vaccin chinois mis en test au Maroc. En parlant de la généralisation du probable vaccin, le ministre aurait dû aussi révéler les premiers résultats obtenus dans les essais cliniques en cours dans le royaume. En étant informé de bout en bout aujourd’hui de ce processus, très délicat, le Marocain pourrait tendre plus facilement le bras demain pour se faire vacciner. Le manque d’information pourrait aggraver la résistance à tout vaccin que certains montrent déjà, notamment à travers les réseaux sociaux…

Avec MAP

 

LIRE AUSSI

Santé mentale. C’est grave docteur ?

laissez un commentaire