Une première au Maroc : Une ligue nationale d’improvisation théâtrale

 

Les Marocains ont du talent, il leur manque juste les espaces nécessaires pour qu’ils se révèlent. Une nouvelle preuve vient d’être donnée par la Fondation Ali Zaoua qui a lancé la Ligue nationale d’improvisation théâtrale.

Baptisée Nojoum (LNIN), la nouvelle Ligue a fait suite au succès du premier championnat national d’improvisation théâtrale organisé samedi 7 décembre au Centre culturel Les Étoiles de Sidi Moumen.

12 équipes représentants 4 grandes régions du pays (Grand Casablanca, Rabat, Tanger-Tétouan et Agadir-Souss) ont concouru, en redoublant de créativité, pour se qualifier aux prochains tours de ce championnat pas comme les autres. Certes comme les autres, les «joueurs» suent pour faire la différence, mais ce faisant ils font rêver, rire et parfois émouvoir le public nombreux venu les applaudir.

Ces concours-spectacles, inédits au Maroc, se poursuivront dans toutes les régions du pays, jusqu’à la grande finale nationale, prévue en mai 2020, qui clôturera la série de «matchs» éliminatoires.

Au cours de ces étapes, annoncent les initiateurs de cette belle compétition, la Ligue accueillera des artistes nationaux et internationaux qui se produiront et participeront aux matchs, ajoutant ainsi plus de piquant à la compétition. Pour la première, le réalisateur Adil Fadili était de la partie donnant ainsi un bel exemple à suivre par les autres artistes qui ont, comme lui, le sens du partage. Leur soutien sera pour la bonne cause artistique. Parce que l’improvisation est un art à part entière qu’il faut encourager dans ce pays où les jeunes semblent avoir du mal à rêver, artistiquement et même dans leur vie de tous les jours.

Pour faire rêver les improvisateurs confirmés et ceux en herbe, c’est du championnat national que sera issue la sélection nationale devant représenter le Royaume dans les compétitions d’improvisation au niveau international.

laissez un commentaire