Marrakech : L’artisanat marocain sous les feux de la rampe

La Semaine Nationale de l’Artisanat (SNA), qui souffle cette année à Marrakech sa sixième bougie, constitue une véritable vitrine reflétant la capacité inouïe de l’artisan marocain à préserver l’authenticité d’un savoir-faire ancestral, tout en l’adaptant aux exigences de la créativité et de la modernité.

L’importance de ce rendez-vous annuel n’est plus à démontrer comme en témoigne, d’une part, l’organisation de cet événement phare sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, ce qui traduit la Haute Sollicitude dont le Souverain ne cesse d’entourer ce secteur et ses professionnels et, d’autre part, le choix de la cité ocre, l’une des villes impériales du Maroc à l’histoire riche et rayonnante, et l’une des destinations touristiques de renommée internationale.

C’est dire que la 6è SNA, qui se poursuit jusqu’au 26 janvier, se veut un véritable point de rencontres et d’échanges entre artisans, designers, responsables du secteur de l’artisanat, toutes filières confondues, et chefs d’entreprises, entre autres, pour s’arrêter sur les grandes réalisations accomplies dans ce domaine et les nouveautés enregistrées, mais aussi pour engager, ensemble, la réflexion autour des moyens et outils à mobiliser et à mettre en oeuvre pour booster davantage ce pilier majeur de l’économie nationale.

La Semaine Nationale de l’Artisanat, telle qu’initiée par le Ministère du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport Aérien et de l’Economie Sociale via la Maison de l’Artisan, offre l’opportunité aux visiteurs de la ville des Sept Saints, Marocains et étrangers, d’apprécier à leur juste valeur, des collections de produits de l’artisanat « faits à la main » et par là, de prendre connaissance des efforts consentis par l’artisan non seulement pour développer son métier comme l’exige la concurrence du marché international, mais aussi pour préserver un « savoir-faire » ancestral inégalable en tant que l’un des principaux atouts de l’identité et de la civilisation marocaines riches de plusieurs siècles.

Placée sous le signe de l’Innovation et de la capitalisation sur les acquis des précédentes éditions, la SNA offre ainsi l’opportunité de mettre en exergue le secteur de l’artisanat en tant que véritable levier du développement de l’économie nationale, contribuant au progrès et au renforcement de la cohésion sociale, à la qualité de vie, à la création de richesses ainsi qu’à l’offre de nombreuses opportunités de carrières et de perspectives professionnelles, ouvertes aux jeunes.

Il s’agit, en outre, de promouvoir l’artisanat marocain, de célébrer et de rendre un vibrant hommage aux artisans : hommes et femmes issus de toutes les régions du Royaume, fervents gardiens d’un savoir-faire millénaire, du patrimoine culturel et immatériel relatif aux métiers de l’artisanat, héritage ancestral qui honore et fait la fierté de tous les Marocains.

Pour donner plus de visibilité aux différentes filières de l’artisanat national, la SNA a accordé une place de choix à la répartition thématique par métier: d’abord l’espace choisi, cette année, s’étale sur une superficie de 50.000 m2, avec une capacité d’accueil d’environ 1200 exposants en provenance des douze régions du Maroc, artisans individuels, coopératives et entreprises d’artisanat, représentant tous les métiers et les arts de l’artisanat marocain.

Sur cette surface d’exposition, les organisateurs ont veillé scrupuleusement à ce qu’une zone soit réservée aux métiers en voie de disparition, conscients en cela qu’il ne suffit pas de mettre en lumière ce qu’on a comme patrimoine et legs en matière d’artisanat, mais aussi de veiller à le préserver et à le transmettre aux générations montantes.

Au niveau de l’espace aménagé pour abriter la SNA, un coin est réservé à l’animation et à l’initiation aux métiers de l’artisanat au profit des enfants, outre une scène montée pour la circonstance, afin de permettre aux troupes de musiques issues des 12 régions du Royaume de gratifier le public d’un florilège de chansons et de musiques puisées dans le répertoire traditionnel du Royaume.

Et ce n’est pas tout. La Semaine Nationale de l’Artisanat n’est pas seulement un événement cantonné dans sa dimension marocaine mais au-delà car, elle se veut un événement tourné aussi vers l’étranger, avec la présence en tant qu’invités d’honneur de représentants de pays amis à savoir l’Indonésie, le Chili, l’Inde, la Tunisie et la Mauritanie.

Dans un souci de rapprochement du Salon des habitants et visiteurs de la cité ocre, deux Carnavals ont été organisés le 11 et 17 janvier, dans une ambiance festive et alléchante, le temps de sillonner aux chants et rythmes du folklore marocain, les grandes artères de la ville. Une véritable immersion au coeur des traditions et us du Royaume et un périple de découverte des spécificités et de la splendeur de l’artisanat national.

Au-delà de ses aspects « Marketing », « Promotion » et « Découverte », la Semaine Nationale de l’Artisanat offre également un espace de débats et d’échanges instructifs avec au menu des tables rondes et des conférences de grande envergure, à l’instar de la 9è Rencontre sur la Préservation des Métiers de l’Artisanat Marocain, la Journée thématique sur la Bijouterie, la Rencontre autour du thème « Développement de formation professionnelle dans les métiers de l’artisanat : outils et perspectives ».

Au menu figurent également des Sessions de formation dédiées à des artisans issus des 12 régions du Royaume, axées sur « la maîtrise des techniques de vente et des méthodes de prospection », « le marketing des produits de l’artisanat », « les principes de base de la législation douanière , les procédures de dédouanement », outre des Ateliers sur « le financement dans le secteur de l’artisanat : réalités et perspectives ».

Tous les ingrédients se trouvent donc réunis pour une édition amplement réussie. Une organisation « excellente » et avec tout le professionnalisme requis pour ce genre d’événements et ce, à l’instar des grands Salons mondiaux.

De quoi rendre toutes les attentes légitimes, surtout si on doit noter que les organisateurs tablent sur 500.000 visiteurs.

Ainsi, le directeur général de la Maison de l’Artisan (MDA), Abdallah Aadnani ne cache pas cette ambition, notant que cet événement propose aussi des sessions de formation dédiées à des artisans issus des 12 régions, axées notamment sur la maîtrise des techniques de vente et des méthodes de prospection et le marketing des produits de l’artisanat.

« Les artisans font face à plusieurs obstacles et plus particulièrement le problème de commercialisation de leurs produits », a-t-il déploré, ajoutant que ce Salon national, qui veut remédier à ce problème, se considère comme étant une plateforme ouverte au public et un espace de partage des connaissances et des expertises entre les artisans de toutes les régions du Royaume.

Même son de cloche chez le président de la Fédération des entreprises de l’artisanat, Mohamed Khalid Alami, qui a mis en avant le succès des éditions précédentes compte tenu des efforts fournis et de l’intérêt porté par divers acteurs gouvernementaux, les élus, et la société civile, ou encore les artisans.

« La Semaine nationale de l’artisanat constitue une valeur ajoutée qui contribue à la hausse de la production et au développement du niveau économique des travailleurs opérant dans le secteur de l’artisanat », a-t-il noté.

A ses yeux, la Semaine nationale de l’Artisanat n’est que le prolongement du parcours positif entamé par le ministère dans ce secteur, alors que des obstacles subsistent toujours notamment en termes de formation des artisans.

Sidati Chaggaf, président de la Fédération des Chambres d’Artisanat, a mis l’accent, quant à lui, sur l’importance de ce Salon en tant que rendez-vous annuel dédié à rendre hommage aux femmes et hommes « artisanes » et « artisans », le temps de mettre en lumière leurs compétences et mettre en évidence leurs habilités et leur savoir- faire dans la création d’un produit moderne, tout en veillant, minutieusement, à préserver ses spécificités historiques.

Il a mis en évidence aussi l’importance de la tenue de tels Salons, véritables espaces de commercialisation et de promotion des produits artisanaux, de créativité des artisans, de compétitivité, et de renouvellement des pratiques du secteur.

In fine, la SNA a acquis ses lettres de noblesse en tant que rendez-vous annuel incontournable. Un signe de reconnaissance « inéluctable » aux hommes et femmes qui ont consacré leur vie pour que cet art ancestral brille de mille feux et pour que ce symbole emblématique de la diversité et de la richesse de la civilisation et de l’identité séculaires du Royaume puisse durer et résister aux aléas du temps et de l’espace.

Par Samir Lotfy – MAP
laissez un commentaire