Littérature : Laila Lalami nominée à deux grands prix littéraires américains

La romancière marocaine Laila Lalami, établie en Californie, a été nominée à deux grands prix américains, dont le très convoité National Book Award 2019 (Prix national du livre) pour son dernier roman « The Other Americans ».

Le roman de Lalami fait partie de dix œuvres sélectionnées, sur un total de 397 candidatures, dans la longue liste du prix de la fiction du National Book Award. Cinq finalistes seront dévoilés le 8 octobre prochain, a annoncé la National Book Foundation, notant que le lauréat sera annoncé le 20 novembre lors d’une cérémonie à New York.

Laila Lalami a été aussi retenue parmi les six finalistes du Kirkus Prize doté d’une récompense de 50.000 dollars. Le vainqueur sera annoncé le 24 octobre, selon les organisateurs.

« The Other Americans », paru au printemps aux éditions Pantheon New York/ Penguin Random House, avait été largement salué par la critique comme l’un des livres « les plus attendus » de 2019.

Ce quatrième roman de l’écrivaine marocaine est un thriller qui raconte l’histoire de Driss, un Marocain résidant en Californie, tué dans un accident de circulation avec délit de fuite alors qu’il traversait une intersection mal-éclairée.

Les répercussions de sa mort mettent en jeu une pléiade de personnages: sa fille Nora, compositrice de jazz qui revient dans sa petite ville natale du désert de Mojave (Sud-est de la Californie) qu’elle avait pensé l’avoir quittée pour de bon; sa veuve, Maryam, toujours nostalgique de sa vie dans la mère-patrie, le Maroc; Efraín, un témoin sans-papiers dont la peur de l’expulsion l’empêche de se manifester; Jeremy, un vieil ami de Nora et un ancien combattant de la guerre en Irak; Coleman, une détective qui découvre lentement les secrets de son fils; Anderson, un voisin essayant de renouer avec sa famille; et Driss, lui-même.

Alors que les personnages – profondément divisés par l’origine ethnique, la religion et la classe sociale – racontent leurs histoires, des liens se nouent entre eux. Tandis que la famille de Driss affronte ses secrets, la ville fait face à ses hypocrisies, un amour chaotique et imprévisible voit le jour.

Dans ce roman, Leila Lalami utilise une multiplicité de points de vue narratifs qui plongent le lecteur dans le vécu de neuf personnages et contribuent à dénouer le mystère derrière le décès de l’immigré marocain. Tour-à-tour, les narrateurs nous livrent une introspection dans leur propre passé et leurs sentiments présents tout en jetant la lumière sur des traits d’autres personnages.

Laila Lalami est née à Rabat et a fait ses études au Maroc, en Grande-Bretagne et aux États-Unis où elle s’est établie depuis 1992 à Los Angeles. Actuellement professeur d’écriture créative à l’Université de Californie à Riverside, elle est l’auteur des romans « Hope and Other Dangerous Pursuits » (2005), finaliste de l’Oregon Book Award ; « Secret Son » (2009); et « The Moor’s Account » (2014).

Ce dernier, un roman historique sur l’histoire d’un esclave marocain considéré comme le premier explorateur noir de l’Amérique, avait propulsé Lalami vers une notoriété aux Etats-Unis et auprès du lectorat anglo-saxon et lui a valu plusieurs prix notamment l’American Book Award et une place de finaliste du prestigieux Prix Pulitzer pour la fiction.

Lalami a été la présidente du jury de l’édition 2018 du prix de la fiction du National Book Award, qui récompense également des œuvres dans quatre autres catégories : fiction, nonfiction, traduction, poésie et littérature de jeunesse.

Outre Lalami, parmi les prétendants au prix de la fiction figure notamment l’écrivain Colson Whitehead, lauréat du prestigieux Pulitzer Prize et de l’édition 2016 du National Book Award.

laissez un commentaire