Marrakech : Le FIFM a attiré 105.000 festivaliers

Près de 105.000 festivaliers ont assisté aux différentes projections et activités de la 18ème édition du Festival International du Film de Marrakech (FIFM), dont le rideau est tombé, samedi soir, au Palais des congrès de la Cité ocre, avec la remise du Grand Prix « Etoile d’Or » au long-métrage colombien « Valley of Souls » (Tantas Almas) de son réalisateur Nicolas Rincon Gille.

Cette édition forte, sous le signe de la diversité, de l’engagement et de la liberté, a permis à un très large public d’aller à la rencontre de différentes expressions cinématographiques issues des cinq continents, confirmant ainsi la popularité et la pertinence de ce rendez-vous artistique majeur.

L’engouement du grand public pour les différentes sections du Festival n’a d’ailleurs pas faibli durant les neuf jours de l’événement et ce, dès les premières projections du matin. Cinéphiles, étudiants, touristes et grand public sont allés à la rencontre d’œuvres originales du monde entier.

Cette 18ème édition a été notamment marquée par l’hommage rendu à quatre grands noms du cinéma marocain et international. L’immense acteur, réalisateur et producteur américain Robert Redford a reçu l’Etoile d’Or du Festival des mains de l’actrice Chiara Mastroianni et de la réalisatrice Rebecca Zlotowski, devant une salle archi-comble, émue aux larmes et qui a longuement applaudi, debout, ce grand artiste.

Mêlant humilité et humour, le cinéaste français Bertrand Tavernier a affirmé, lors de sa cérémonie d’hommage, que « le Festival de Marrakech permet d’ouvrir des fenêtres sur le monde et de transgresser les frontières ».

La star indienne Priyanka Chopra Jonas a, pour sa part, eu droit à un hommage populaire sur la place Jemaâ El Fna, au milieu de ses fans venus par milliers l’acclamer durant une soirée restée mémorable.

Autre moment fort de cette édition, le vibrant hommage rendu à l’icône marocaine Mouna Fettou. Un hommage que l’actrice a souhaité dédier à « toutes les actrices et les femmes marocaines ».

Le 18ème Festival International du Film de Marrakech a, par ailleurs, été émaillé de plusieurs temps forts et de moments puissants d’échange, d’émotion et de découverte.

Le ton était d’ailleurs donné dès la soirée d’ouverture où le Festival a salué la mémoire de Feus Amina Rachid et Abdellah Chaqroun. Leurs fauteuils au sein du Palais des Congrès de Marrakech sont ainsi restés vides durant toute la soirée en signe de reconnaissance et de respect à ces deux amis du Festival et véritables monuments du cinéma, de la télévision et de la création au Maroc.

Renouant avec une tradition initiée en 2004, le Festival a rendu hommage, à l’occasion de cette 18ème édition, au cinéma australien, considéré comme l’un des plus anciens au monde mais également l’un des plus prolifiques aussi bien en termes de talents que de grands films internationaux.

A l’occasion de cet hommage exceptionnel, une importante délégation de 22 acteurs et de réalisateurs australiens a fait le déplacement à Marrakech comme les acteurs Geoffrey Rush, Ben Mendelsohn et Simon Baker, les réalisateurs Gillian Armstrong (My brilliant Career, 1979) et Bruce Beresford, oscar du meilleur film en 1989 pour « Miss Daisy et son chauffeur », les actrices Naomi Watts (Mulholland Drive) et Abbie Cornich (Bright star) et bien d’autres.

Le grand public a également pu assister à la projection de 25 longs métrages montrant toute la diversité et la richesse du cinéma australien. Des films puissants et fondateurs qui retracent près de cinq décennies de création cinématographique en Australie.

Comme à son habitude, le Festival International du Film de Marrakech a réservé une place de choix aux professionnels et au cinéma marocain. Les cinq films programmés dans le cadre de la section « Panorama du cinéma marocain » ont fait salle comble, au même titre que les longs métrages programmés dans le cadre des autres sections du Festival. Un public enthousiaste, avide d’images et d’histoires locales qui a longuement applaudi les productions nationales projetées, dont certaines en première mondiale.

Plusieurs festivaliers ont également dit leur fierté de voir un film marocain concourir dans le cadre de la compétition officielle avec « Le Miracle du saint inconnu » de Alaa Eddine Aljem. Idem pour le film « Adam » de Maryam Touzani, projeté dans le cadre des séances spéciales du Festival. En tout, sur les 98 films projetés durant cette 18ème édition, 12 étaient marocains.

Autre moment fort de cette 18ème édition : les Ateliers de l’Atlas, le programme industrie dédié aux cinémas d’Afrique et du Moyen-Orient, initié en 2018 en partenariat avec Netflix. Cette année, le rendez-vous a réuni 270 professionnels internationaux autour d’une sélection de 28 projets portés par une nouvelle génération de cinéastes marocains, arabes et africains.

L’Atlas Films Showcase, nouvelle section des Ateliers de l’Atlas, a permis de dévoiler les premières images des nouveaux films de trois cinéastes devant trente directeurs et programmateurs de festivals (Cannes, Venise, Toronto, Locarno, Sundance, KarlovyVary, El Gouna, IDFA, Nyon, Le Caire, etc.). En parallèle, six projets marocains ont participé au nouveau programme de mentoring Regards sur l’Atlas.

A l’instar des années précédentes, plus de 100 personnes non ou malvoyantes, en provenance de toutes les régions du pays, ont eu accès à une programmation spéciale en audio-description. Elles ont bénéficié d’une prise en charge complète et d’une assistance personnelle pour assister aux 5 films programmés en plus des différentes activités organisées en leur faveur (conférences, poésie, chants, musique, etc.).

Le jeune public est également venu nombreux assister aux projections qui lui étaient réservées. En tout, 3.500 élèves de la région de Marrakech, accompagnés de leurs instituteurs, ont pu suivre les films programmés dans cette section.

La 18ème édition du Festival International du Film de Marrakech a également été marquée par l’organisation, sous la présidence de Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid, d’une nouvelle campagne médico-sociale pour la chirurgie de la cataracte, qui a eu lieu à l’Hôpital Al Antaki de Marrakech du 2 au 7 décembre.

Elle a permis d’opérer gratuitement plus de 400 patients démunis souffrant de maladies oculaires, originaires de la région de Marrakech. En tout, plus de 6000 personnes ont bénéficié de cette opération solidaire en 10 ans.

Après le succès de la première édition en 2018, la section « In Conversation with » a, une nouvelle fois, tenu toutes ses promesses. Elle a attiré un public nombreux et éclectique. Chaque jour, près de 500 personnes, entre professionnels, étudiants, journalistes et passionnés de cinéma, ont ainsi pris part à ces conversations.

Des échanges empreints de sincérité et de simplicité qui ont permis à plusieurs grands noms du cinéma mondial de se livrer en toute honnêteté, de faire part de leurs manières de faire et de voir le cinéma.

Ainsi, 11 sessions (au lieu de 7 l’année dernière) ont été programmées avec 12 grands noms du cinéma mondial : Robert Redford, Marion Cotillard, Harvey Keitel, Goshifteh Farahani, Hend Sabry, Bertrand Tavernier, Sergei Loznitsa, Elia Suleiman, Luca Guadagnino, Priyanka Chopra Jonas, Roschdy Zem et Jeremy Thomas.

La 18ème édition du Festival International du Film de Marrakech aura ainsi tenu toutes ses promesses, confirmant le positionnement du FIFM comme un rendez-vous cinématographique et culturel majeur au Maroc et dans la région.

MAP
laissez un commentaire