USA : Démission du ministre du Travail sur fond de sa gestion de l’affaire Epstein

Le secrétaire américain au Travail, Alexander Acosta, a démissionné, vendredi 12 juillet 2019, sous pression croissante au sujet de son rôle lorsqu’il était procureur fédéral à Miami, il y a plus de dix ans, dans la conclusion d’un accord avec le financier New-yorkais Jeffrey Epstein, ayant permis à ce dernier de plaider coupable pour des infractions moins graves dans une affaire de crimes sexuels.

S’exprimant devant des journalistes à la Maison Blanche, le président Trump a déclaré qu’Acosta avait décidé de se retirer, tout en le qualifiant de « grand secrétaire du travail » et de « talent remarquable ».

« C’était lui, pas moi », a déclaré Trump à propos de la décision de démission, alors qu’Acosta se tenait à ses côtés. « J’ai dit à Alex, tu n’as pas à faire ça », a souligné le président.

Trump a déclaré que Patrick Pizzella, actuellement secrétaire adjoint au Travail, deviendra secrétaire par intérim du département.

De son côté, Acosta, seul membre Hispanique du gouvernement Trump, a indiqué que sa démission devait prendre effet dans une semaine.

« Je ne pense pas qu’il soit juste de laisser Epstein focaliser l’action du ministère du travail au lieu de l’incroyable économie que nous avons aujourd’hui », a-t-il déclaré, ajoutant : « Ce serait égoïste pour moi de rester en poste et de continuer à parler d’un cas survenu il y a 12 ans ».

Cet accord de plaider coupable conclu en 2008 à Miami est passé sous la loupe cette semaine, à la suite de l’arrestation et de l’inculpation lundi d’Epstein confronté à de nouvelles accusations d’exploitation sexuelle de filles mineures à New York.

Pour se défendre, Acosta, 50 ans, avait déclaré cette semaine que l’accord, au terme duquel Epstein avait purgé 13 mois de prison après avoir été accusé d’avoir abusé sexuellement de dizaines de jeunes femmes et de filles, était le deal le plus difficile disponible dans une affaire aussi complexe.

Mais cette ligne de défense n’a probablement pas été suffisante pour plaire aux critiques, qui soutiennent depuis longtemps que M. Epstein aurait dû faire face à une accusation beaucoup plus sévère qu’un seul chef de poursuite devant un tribunal d’État pour avoir sollicité la prostitution d’un mineur.

Les leaders démocrates du Congrès, y compris la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et le sénateur Chuck Schumer de New York, ont appelé à sa démission, de même que le journal Miami Herald, qui a dévoilé les détails de l’accord de plaider coupable.

laissez un commentaire