Risques climatiques: Les assureurs marocains s’engagent

mohamed-hassan-bensalahEn marge de l’organisation de la COP22 et consciente du rôle du secteur financier et plus particulièrement celui des assurances face aux changements climatiques, la Fédération Marocaine des Sociétés d’Assurances et de Réassurance (FMSAR) a fait preuve d’un engagement actif en faveur des enjeux de cet événement planétaire.

C’est ainsi que le secteur des assurances marocain a été l’un des principaux acteurs du privé à avoir apporté son soutien pour l’organisation de cette COP, consolidant ainsi son rôle de secteur citoyen et son engagement au profit des assurés, notamment en ce qui concerne les risques climatiques. « Notre industrie est certainement la plus concernée et la plus impactée par le réchauffement climatique et les risques catastrophiques et elle se doit d’apporter des solutions en mesure d’atténuer l’impact de ces phénomènes. C’est pour cette raison que nous avons tenu à accompagner le comité scientifique de la COP22 dans le cadre du groupe de travail FinanceClimat . a déclaré Mohamed Hassan BENSALAH, Président de la FMSAR.

Les engagements pris par la FMSAR, avec son autorité de contrôle, pour la promotion et le développement de la finance-climat ont été de la sorte consignés dans la feuille de route du secteur financier dévoilée à Marrakech le 14 novembre dernier. Des engagements importants visant à canaliser une épargne substantielle, à rėemployer dans des valeurs à fort impact écologique.

L’essentiel de ces engagements consiste à :

– Financer des projets énergétiques et investir dans des valeurs écologiques et porteuses de valeur ajoutée, en optant progressivement pour des placements écoconscients. A terme, l’investissement dans ces valeurs pourrait atteindre 6 milliards de dirhams.

– Développer des produits d’épargne «verts». L’excellente dynamique de la banqueassurance devrait contribuer à drainer plus de 500 millions de dirhams par an dans des contrats d’épargne dont les actifs seraient investis dans des valeurs respectueuses de l’environnement.

– Elargir l’offre de couverture des risques climatiques, notamment ceux concernant le monde agricole, pour aller au delà du million d’hectare déjà couvert.

– Développer des solutions d’assurance pour les risques environnementaux.

– Réduire l’impact écologique de l’activité du secteur, en intégrant l’usage du digital au détriment du papier.

– Promouvoir la culture de la prévention des risques environnementaux, en menant notamment des actions de sensibilisation auprès des assurés…

L’engagement du secteur des assurances en faveur des populations les plus exposées aux risques climatiques n’est certes pas nouveau, mais avec cette nouvelle feuille de route, la FMSAR inscrit ses efforts en coordination avec l’ensemble des acteurs de l’écosystème financier marocain.

laissez un commentaire